Uncontrollably Fond 함부로 애틋하게

Publié par Nikilann  

L’histoire

Lorsqu’il apprend qu’il a seulement quelques mois à vivre, la super star Shin Joon Hyung (Woo Bin) voit son monde s’effondrer. C’est bien sûr le moment que choisit le destin pour remettre No Eul (Suzy) sur sa route. Son ancienne camarade de lycée n’est pas prête à lui pardonner ses erreurs et ses secrets. Mais lui est bien décidé à la garder auprès de lui par tous les moyens possibles.

No Eul croule sous les dettes, et lorsque Joon Hyung lui propose de tourner un documentaire sur lui, elle accepte. Quitte à prendre le risque de raviver la flamme qui ne s’était jamais vraiment éteinte…


 La fiche

Période de diffusion 6 juillet – 8 septembre 2016
Episodes 20 (60 min)
Genre Romance, Tragédie, Maladie, Famille

Casting
Kim Woo Bin dans le rôle de Shin Joon Hyung
Suzy dans le rôle de No Eul
Im Joo Hwan dans le rôle de Choi Ji Tae


La note

6/10


L’avis de Nikilann

J’ai littéralement perdu des cheveux à cause de ce drama. J’adore Kim Woo Bin, mais même si vous êtes fan, ne vous infligez pas ce fiasco !

UncontrollablyFond10-00019
A l’aide ! Quelqu’un ! Sauvez mon drama !

Le scénario de Uncontrollably Fond est catastrophique. Les dialogues sont souvent mal écrits et la noble idiotie, à ce stade, est pure stupidité.

J’étais teeeeellement déçue que Im Joo Hwan, qui joue le second lead Choi Ji Tae, se retrouve encore dans un drama pourri. Il fait vraiment de mauvais choix la plupart du temps. Et je ne comprend pas pourquoi on le cantonne au second lead. Il devrait prendre des risques – c’est un très bon acteur et il commence a bien vieillir… Bientôt il sera trop tard ! L’industrie n’aime pas les acteurs passés de mode :s

Au final, même Suzy n’a pas été la raison de cet échec tragique. Dans mon désespoir, je l’ai même trouvé actrice potable. Son jeu a tout de même peu de facettes. A part dans Dream High où elle collait parfaitement au personnage, elle manque d’expressions faciales et d’intonations dans la voix.

Cela se voyait d’autant plus que Kim Woo Bin est excellent. C’est vraiment pour lui que je suis restée jusqu’au bout. Il a réussi à me donner envie de savoir ce qui allait arriver à son personnage. Je l’ai trouvé poignant, jamais dans l’exagération. Le seul problème – mais là encore, je tiens le réalisateur et l’auteur pour responsable – c’était le cancer. Les symptômes qu’il provoquait… C’était du grand grand n’importe quoi !

Pareil que pour Im Joo Hwan, je suis déçue que Lim Ju Eun aie encore eu un second rôle. En revanche, elle s’est vraiment démarquée dans le drama. Elle m’a presque convaincue que Yoon Jung Eun était un personnage intéressant et profond. Un miracle si j’ose dire.

Mais tout cela ne me surprend pas vraiment. Je m’attendais juste a un début qui ait du cachet pour ce drama de la scénariste de Will it Snow for Christmas? et Innocent Man. Bien que ces deux mélodrammes soient partis en cacahuète sur la fin, leur début était incroyablement poignant. Lee Kyoung Hee sait écrire des personnages riches et leur inventer des situations qui vont droit au coeur. Sorry I Love You fait partie des mélo préférés d’Asiandramas !

Là, elle s’est plantée en beauté dès le début (puis, comme d’habitude, c’est encore plus parti en cacahuète).

UF12-00003

Le seul personnage que j’ai beaucoup aimé (en dehors de Joon Hyung), c’est sa mère. Jin Kyung a été magistrale dans le rôle – malgré l’agacement que j’ai parfois ressenti pour l’entêtement du personnage.

Quel gâchis du casting… J’étais vraiment intéressée parce qu’il s’agissait du premier drama complètement pré-produit. Échec cuisant !

uncontrollably-fond-filming-location-episode-17-mapo-bridge-b
Sortez-moi de là. Pitié.

Conclusion ? Ne faites pas comme moi : évitez le désastre.


En deux lignes

Les + Kim Woo Bin, sexy en toute occasion. De très beaux plans dans la neige.

Les – Un scénario a faire mal à la tête et des personnages a s’arracher les cheveux.


Votre avis ?

Publicités

Romantic Doctor, Teacher Kim 낭만닥터 김사부

Publié par Nikilann  

L’histoire

Kang Dong Joo (Yoon Yeon Seok) est un enfant lorsque son père meurt à l’hôpital. L’opération est décalée à cause de celle d’un VIP. En colère, il commence a tout détruire autour de lui. Un mystérieux docteur l’attrape et l’empêche de causer plus de dégâts. « Si tu trouves la situation injuste, devient un docteur qui soignera ses patients en fonction de leur maladie et non de l’épaisseur de leur porte monnaie ». 

Des années plus tard, Kang Dong Joo est un interne dans un hôpital ultra-réputé de Séoul. Il rencontre Yoon Seo Jung (Seo Hyun Jin) pour qui il a le coup de foudre. Mais après un accident de voiture qui cause la mort de son fiancée, Seo Jung disparaît. 

Pendant ce temps, dans la forêt, un homme trouve Seo Jung, blessée. Un docteur aussi talentueux qu’étrange dont le passé semble entouré de mystères… Master Kim (Han Suk Kyu).


La fiche

Période de diffusion 7 novembre 2016 – 17 janvier 2017
Episodes 20 (60 min) + 1 épisode spécial épilogue
Genre Hôpital, romance, amitié, relation maître-élève, slice of life

Casting
Han Suk Kyu dans le rôle de Teacher Kim
Yoon Yeon Seok dans le rôle de Kang Dong Joo
Seo Hyun Jin dans le rôle de Yoo Seo Jung

romantic_doctor_teacher_kim_poster03


La note

9/10


L’avis de Nikilann

Enfin. Le grand jour est arrivé. Un drama médical m’a emportée jusqu’au bout !

J’ai toujours beaucoup aimé les Grey’s Anatomy, Dr House, et même Urgences. Pourtant, pas un seul drama coréens dans le milieu hospitalier n’a réussi à me plaire. Le seul était Dr Champ, mais soyons honnête : il ne compte pas. D-Day était aussi pas mal, mais c’était plus un drama catastrophe qu’un drama à l’hôpital.

Merci, donc, merci Romantic Doctor ! Pourtant, avec un nom pareil, j’ai eu très très peur de me lancer. Ce sont les commentaires flatteurs qui m’ont convaincue de lui laisser une chance.

tumblr_ojxrrdJwbl1uq4zv4o10_400
No problem !

Contrairement à ce que son nom indique, on est loin du romantisme dans ce drama. On est loin du niais aussi. Les personnages sont plutôt sombres avec leurs passés troubles et leurs valeurs écorchées. Difficile de dire si Doctor Kim (tout grand docteur qu’il soit) est un altruiste… ou juste un malade mental. Son personnage est complètement perché et sa capacité à nouer des rapports humains franchement douteuse.

romantic18-00255

C’est ce qui m’a plu dans Romantic Doctor. Plutôt que de s’attarder sur une intrigue procédurale, l’équipe derrière le show a tout misé sur les personnages. Contre toute attente, j’ai donc pu apprécier les cas épisodiques qu’on avait toutes les semaines. Le fait qu’ils ne soient pas là pour une grande séquence de chirurgie commentée par des « oooh » et des « aaaah » mais pour faire grandir tout ce beau monde m’a touchée. Alors, bien sûr, on a quand même le droit à « Comment fait-il pour recoudre les gens si vite ? » « Quel génie ! » blablabla. Ça reste un drama et un drama médical de surcroît ^^

one_scoop_-_20170110_-_thumb
Jamais d’accord sur le plan médical.

La bonne nouvelle, c’est que ce n’est pas du tout ce qui reste. La seule chose que je regrette du côté de l’histoire est qu’on se soit un peu trop perdus dans les machinations de pouvoir dans les derniers épisodes. L’épisode épilogue bonus (à voir absolument) a donc été une jolie surprise.

Doctor Kim (Han Suk Kyu) n’est ceci pas le seul à briller dans ce show. Kang Dong Joo (Yoo Yeon Seok) et Yoon Seo Jung (Seo Hyun Jin) nous font des bébés juste en se regardant. Cette tension sexuelle entre eux vous tient en haleine pendant tout le drama – et pourtant, les choses prennent leur temps à se mettre en place. [SPOIL] Qui aurait attendu un baiser fougueux aussi tôt dans le drama… et imaginé qu’il serait suivi de 12 ou 13 épisodes sans bisous ! [/SPOIL]

romantic13-00033
Babies babies ❤

Kang Dong Joo est une oeuvre d’art. Tellement plein de contradiction, il est désabusé, déçu… Le système l’a corrompu sans qu’il s’en rende compte et sa progression dans le drama est intelligente. Tous les personnages évoluent énormément entre le premier et le dernier épisode.

Quant à Yoon Seo Jung, voilà un sacré bout de femme que je n’aimerais pas énerver. Elle sait ce qu’elle veut (saut quand il s’agit de Dong Joo) et elle a le courage de se battre pour l’obtenir. Un personnage féminin fort comme on a pas l’habitude d’en voir.

romantic13-00103
Je manque un peu d’expressions faciales.

Même Do In Bum (Yang Se Jung) a réussi a être fascinant. Il joue un peu moins bien que les autres, il a moins de charisme (en même temps dur de tenir la chandelle entre Dong Joo et Seo Jung… Ou d’exister à l’écran quand Doctor Kim avale la présence de tous les autres). Pourtant, la trajectoire de son personnage m’a surprise de bout en bout. Je ne savais jamais à quoi m’attendre. Je pense que l’auteur était excellente et elle et le réalisateur se comprenaient très bien.

romantic09-00099
Quelque soit le drama, je suis toujours méchant.

Ma seule déception est son père, Do Yoon Wan (Choi Jin Ho). Pas de suprise de ce côté là : le grand méchant directeur de l’hopital qui ne pense qu’a l’argent n’a aucune décence. Il n’y avait bien que son larbin, Song Hyun Chul (Jang Hyuk Jin) qui était pire… Mais là encore, on fait un peu mieux que dans D-Day où c’était vraiment n’importe quoi côté politique hospitalière.

tumblr_ojxrrdJwbl1uq4zv4o5_400
Je suis un cute second lead.

Enfin, tout le cast secondaire était magique. L’infirmier Park (Kim Min Jae), était trognon avec son crush pour Woo Yeon Hwa (Seo Eun Su). Il était toujours le premier à se battre contre l’injustice et à faire preuve de courage pour défendre ses valeurs. Je l’ai adoré.

Jang Gi Tae (Lim Won Hee) en faisait comme à son habitude un peu trop côté humour, mais j’ai quand même fini par beaucoup m’attacher à lui. Mais la reine du show, c’était l’infirmière en chef, Oh Myung Shim (Jin Kyung). Ce charisme ! Ses scènes avec Yoon Seo Jung était souvent à mourir de rire.

Conclusion : j’ai adoré ! Si les dramas médicaux ne sont pas votre tasse de thé : c’est l’occasion de changer d’avis !

tumblr_ojxc4mKxgr1vga5s1o4_400
Avoir la classe.

En deux lignes

Les + On sort des sentiers battus dans ce drama qui sait être sombre sans être tragique.

Les – Une fin trop portée sur la politique de l’hôpital. (Et pas assez de bisous ! 😥 )


Votre avis ?

Image

Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo 달의 연인-보보경심 – 려

Publié par Asiandramas

L’histoire

Remake du drama chinois Startling By Each Step / Bu Bu Jing Xin, lui-même adapté du roman du même nom écrit par Tong Hua.

L’héroïne est une jeune fille des temps modernes qui, suite à un accident, se réveille plusieurs siècles plus tôt, à l’époque Goryeo sous le règne du roi Taejong. A cette époque, elle s’appelle Hae Soo (IU) et sa cousine est mariée à Wang Wook, 8ème Prince de la famille royale (Kang Ha Neul). Après une période d’adaptation, Hae Soo crée rapidement des liens amicaux avec chacun des Princes et tombe amoureuse du 8ème Prince.

Mais le temps de la succession approche et Hae Soo ne se doute pas qu’elle va se retrouver en plein coeur d’une sanglante guerre au trône entre tous les Princes héritiers…


f67c72cbfe2c81a68a5faf21d37abb591472794482

La fiche

Période de diffusion 29 août 2016 – 1er novembre 2016
Episodes 20 (60 min)
Genre Romance, Historique

Casting
Lee Joon Ki dans le rôle de Wang So (4th Prince)
IU dans le rôle de Hae Soo
Kang Ha Neul dans le rôle de Wang Wook (8th Prince)


La note

5/10


L’avis

Après 20 épisodes assez riches en émotions, si je ne devais garder que deux mot pour résumer mon ressenti, ce serait définitivement : incohérence et frustration. Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo avait vraiment tous les atouts en main, et surtout un scénario déjà tout prêt ! Mais finalement, le plus gros souci du drama est son sérieux problème d’écriture. Ce n’est pourtant pas évident de se foirer dans l’écriture, alors même qu’il s’agit d’un remake d’un livre et drama à la base aussi bien écrit.

Globalement, j’ai eu, tout au long du drama, un sentiment d’inconsistance. J’avais constamment l’impression qu’ils ont choisi de reprendre l’histoire et l’écriture originelle, tout en essayant d’y intégrer le plus d’élements possibles pour rendre le drama… le plus « drama » possible : fan-service à gogo, bons sentiments, noble idiotie… Tant de choses qui n’existaient pas dans la version originelle, et qui, intégrées dans le drama, résultent en un flagrant manque de fluidité dans le scénario parce qu’on force des situations qui n’ont pas lieu d’être, ni de raison d’être.

Je crois que, côté inconsistance, la palme d’or revient au second lead Wang Wook (Kang Ha Neul) : juste WTF ? [SPOILER] D’un homme qui a le cœur sur la main au début, il devient du jour au lendemain méprisable par sa soif d’ambition, sans que le drama nous donne une justification suffisamment convaincante pour que ça soit cohérent. Et jusqu’au bout, le drama essaie pourtant de nous attendrir en nous montrant à quel point il souffre de sa situation (?) et à quel point son amour pour Soo est fort : WTF ! [FIN SPOILER] Aucune cohérence, aucune fluidité dans ce personnage complètement insipide, et de façon générale, ça se rapporte au drama entier.

Parlons quand même des points forts, parce qu’il y en a malgré tout. A commencer par la réalisation : une tuerie. La cinématographie est un régal pour les yeux : les costumes, les décors, les couleurs, les plans… J’ai rarement vu un drama aussi joli visuellement. Je suis également conquise par l’OST, les instrumentales sont absolument splendides.

Deuxièmement, Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo fait partie des (rares) dramas dont la seconde partie est largement supérieure à la première. En comparaison aux 7 premiers épisodes du drama –qui étaient un enchaînement de scènes sans réel lien entre elles si ce n’est du fan-service- la suite devient beaucoup mieux. Il y a même des épisodes que j’ai trouvé vraiment bons -j’ai eu un vrai regain d’intérêt aux alentours des épisodes 8-9 (la cérémonie de la pluie) ou encore les épisodes sur la Concubine Oh– mais dans l’ensemble, mon semblant « d’addiction » (parce que c’était quand même une sorte d’addiction) était plus dû à la curiosité pure qu’à la passion. J’attendais les épisodes avec impatience chaque semaine, pourtant le drama n’a jamais cessé de me frustrer par son écriture bancale et son manque de fluidité.

Dernier vrai point fort du drama, c’est son héros Wang So qui, du début et jusqu’à la presque fin, ne m’a jamais déçue et a toujours été parfaitement en ligne avec lui-même. Je dis « presque fin » parce que [SPOILER] les derniers épisodes ont quand même réussi à le rendre un peu bizarrement lunatique… vu comme les précédents rois ont fini (d’ailleurs, on sent le manque d’inspiration flagrant dans la façon dont le scénario se débarrasse de tous ses rois), il faut croire que le trône rend définitivement fou [FIN SPOILER] mais dans l’ensemble, j’ai vraiment aimé ce personnage. Au milieu d’une multitude de personnages incohérents / sans intérêt / frustrants, Wang So se distingue à la fois par la profondeur de son personnage, mais aussi par l’excellent jeu d’acteur de Lee Joon Ki qui fait de l’ombre à tout le monde.

De façon générale, l’incompréhension m’a accompagnée tout au long du drama. Des scènes entières m’ont paru complètement incompréhensibles au vu du contexte, tandis que certains personnages n’ont jamais pris sens à mes yeux. Je n’ai jamais compris à quoi servait Woo Hee des Hubaekje (Seohyun) : ni son rôle, ni ses idées, ni la justification de sa présence dans le drama [SPOILER] alors ne parlons même pas de sa mort : je n’ai absolument rien pigé, quelqu’un peut m’expliquer ? ^^ [FIN SPOILER]. Je n’ai jamais compris le rôle ni le positionnement du 9ème Prince Wang Won (Yoon Sun Woo), tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Les personnages apparaissent, disparaissent, changent d’avis et de caractère du jour au lendemain sans que le scénario n’apporte aucun élément de justification. Pour dire, j’en suis carrément venue à affectionner la Princesse Yeon Hwa (Kang Han Na) -quasiment le seul personnage qui a le mérite d’être honnête avec elle-même et avec les autres tout au long du drama.

Bref, l’écriture du drama m’a laissée finalement plus perplexe qu’autre chose, parce que je n’aurais jamais cru me retrouver un jour face à un drama aussi bizarrement illogique.

Côté personnages, j’ai bien aimé l’héroïne Hae Soo. J’aime beaucoup la façon dont son évolution est menée : d’une naïve innocence à une horrible prise de conscience, lorsqu’elle commence à se rendre compte que l’Histoire est en train de s’écrire autour d’elle -à cause d’elle- et qu’elle est, d’une certaine manière, l’élément déclencheur d’une guerre pour le trône à laquelle elle ne peut qu’assister, impuissante. Le problème, c’est qu’elle ne devient pas le personnage le plus fun du lot -je ne compte plus le nombre de larmes qu’elle verse dans la seconde moitié- mais j’ai bien aimé Hae Soo jusqu’au bout, et puis IU fait preuve d’un jeu franchement excellent. Ce n’est pas évident de maintenir le niveau de Lee Joon Ki et elle relève le défi brillamment.

La romance est finalement le seul axe que j’ai suivi avec intérêt -à la base, j’étais plus partie pour suivre passionnément la guerre au trône, finalement, elle est tellement inconsistante que mon intérêt s’est reporté sur la romance. Malgré son manque de fluidité, j’ai trouvé cette romance intense -ou peut-être est-ce juste Lee Joon Ki qui a un regard intense- et elle avait quelque chose d’épique qui m’a investie à 100% du début jusqu’à la fin. Autant vous dire que de voir Lee Joon Ki le coeur brisé m’a un peu chamboulée aussi.

Je ne m’attarderai pas sur le reste -ça n’en vaut pas vraiment la peine. Dommage pour ce gâchis d’eye-candy : le casting est quand même sacrément bien fourni mais les personnages sont tellement inutiles / mal écrits / indigestes qu’on en oublie qu’ils sont beaux. Je m’amuse donc à vous présenter les membres de la famille royale (passez votre souris sur les photos pour des présentations plus poussées ^^) :

En conclusion, Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo n’est, selon moi, pas un mauvais drama. Un mauvais drama est pour moi un drama qui ne capte pas mon attention, auquel je n’arrive pas à porter de l’intérêt ni à m’investir. Ce drama, au contraire, a capté toute mon attention et mon intérêt. Je me suis investie à fond mais il m’a frustrée, il m’a déçue, il m’a vendu du rêve et n’a pas vraiment su être à la hauteur. J’en sors donc avec un gros sentiment de frustration et d’incompréhension… mais à la fois un sentiment d’avoir vécu une histoire prenante et remplie d’émotions -pas forcément toutes positives.


En deux lignes

Les + Une réalisation splendide (visuelle et musicale), un Lee Joon Ki excellent

Les – Tout le reste… mais surtout une écriture complètement WTF


Votre avis ?

Image

One Percent Of Anything – 1%의 어떤것

Publié par Asiandramas

L’histoire

Remake de « One Percent Of Anything », drama coréen sorti en 2003.

Lee Jae In est l’unique héritier de l’empire SH Group. Patron tyrannique et imbu de lui-même, son grand-père désespère de voir la personnalité de son petit-fils changer pour le meilleur.

Kim Da Hyun est institutrice dans une école primaire. Un jour, elle vient à la rescousse d’un vieil homme en danger, qui n’est autre que le Président de SH Group, le grand-père de Jae In.

Dans l’espoir de voir son petit fils changer, il modifie son testament : pour que Jae In touche son héritage et prenne la tête de SH Group, il devra se marier avec Da Hyun…


1%25%ec%9d%98%ec%96%b4%eb%96%a4%ea%b2%83

La fiche

Noms alternatifs Something About 1 Percent / One Percent Of Something
Période de diffusion 5 octobre 2016 – 24 novembre 2016
Episodes 16 (35-40 min)
Genre Romance, Comédie

Casting
Ha Suk Jin as Lee Jae In
Jun So Min as Kim Da Hyun
Kim Hyung Min as Min Tae Ha


La note

8,5/10


L’avis

Je suis conquise. Je ne sais pas si cela s’explique parce que j’ai terminé le drama il y a quelques heures à peine -avec un sentiment d’entière satisfaction- et que mon enthousiasme va retomber d’ici quelques jours… Ou si cela s’explique tout simplement parce que One Percent Of Anything est une des rom-com les plus sympas que j’ai eu l’occasion de voir récemment, une comédie romantique qui ne se plante pas une seule fois et qui -chose rare- devient de mieux en mieux au fil des épisodes.

C’est assez drôle comme sensation : le scénario sent clairement les années 2000, du réchauffé à plein nez… Mais au milieu d’un scénario à l’ancienne, on a des réactions et des interactions entre personnages complètement modernes. Une sorte d’anachronisme, à l’échelle du drama, qui fait réaliser à quel point les dramas ont évolué en 10-15 ans, qu’il s’agisse d’écriture ou de valeurs morales ^^

Parce que, croyez-moi, le scénario de One Percent Of Anything (remake du drama du même nom, datant de 2003) nous replonge tout droit au début des années 2000, en plein dans les premiers K-dramas : un riche héritier imbuvable, un contrat de mariage, une rivale qui n’a d’autre raison d’être à part briser le couple… Tant de choses à priori complètement dépassées mais qui, re-masterisées en version 2016, donnent un côté carrément attendrissant. On rit plus qu’autre chose des rebondissements scénaristiques improbables -sérieusement, qui mettrait ce genre de conditions dans son testament ? Hahaha- et même si l’on voit les situations venir de loin sur leurs gros sabots, j’ai été complètement emportée dans le tourbillon et et j’ai apprécié ce drama comme il se doit : non seulement parce qu’il est génial -et bien meilleur que la majorité des rom-com- mais aussi parce que son écriture 2016 vient mettre une grande touche de modernité dans un scénario aussi has been.

Première chose qui frappe : l’alchimie de folie au sein du couple principal. Même dans les rom-coms de nos jours, il est rare de trouver un tel naturel, une telle spontanéité dans le couple principal, qu’il s’agisse de dialogues ou de gestes. Le « dating contract » a beau être le moteur, les deux protagonistes jouent le jeu : quitte à être ensemble, même par contrat, autant l’être à fond. Résultant en des scènes de romance trop, trop, trop adorables qui viennent semer des paillettes dans nos yeux tout au long du drama.

Deuxièmement, la force de caractère des personnages. Avec un scénario à l’ancienne, on s’attend à des conflits à l’ancienne : malentendus, mensonges, situations grotesques créées par les rivaux. Si l’on n’échappe pas aux situations grotesques (j’ai explosé de rire devant [SPOILER] le kidnapping de l’épisode 12 [FIN SPOILER] -je n’aurais jamais cru que ce genre de rebondissements cheap pouvaient encore sortir dans un drama hahaha), on a clairement fait des grands pas en avant lorsqu’il s’agit, pour les personnages, de se défendre. La volonté de l’héroïne à ne jamais se faire marcher sur les pieds fait un bien fou (là où, j’en suis persuadée, elle se faisait mener par le bout du nez dans la version 2003). Bref, c’est ultra satisfaisant de voir qu’un drama, même en tant que remake, sache s’adapter à son temps.

Le casting est une totale découverte pour moi : je vois pour la première fois Ha Suk Jin…et il est juste trop mignon ! Seize épisodes ont suffi à me donner envie de voir Drinking Solo et de le suivre dans tout ce qu’il fait. J’adore cet acteur, j’adore sa voix -il a un timbre un peu grave qui lui donne un charme fou !- et surtout, j’adore l’écriture de son personnage qui, dès le début, ne se prend jamais la tête et agit avec beaucoup de maturité lorsqu’il s’agit de relations amoureuses.

Pareil du côté féminin, je découvre ici Jun So Min, une vraie boule d’énergie pétillante à souhait, qui donne du fil à retordre au héros ^^ Elle manque un peu de maturité dans la romance mais sa capacité à se défendre face aux obstacles est un régal.

La romance est adorable, vraiment adorable. Le couple principal partage une alchimie à se rouler par terre, l’honnêteté et le naturel qui règnent au sein du couple donnent envie de sourire bêtement. J’étais explosée de rire face aux scènes de jalousie du héros : tellement puéril mais tellement drôle. Les rebondissements sont un poil répétitifs -je fais la gueule, on se réconcilie, on est trop mignons puis je refais la gueule, etc- mais c’est tellement sympathique à regarder que ça passe tout seul. Et pour une fois, les obstacles sont de vrais obstacles. Rares sont les romances capable de mettre en lumière les vraies difficultés quotidiennes que peuvent rencontrer un couple dont l’un est un riche héritier, et l’autre une fille banale. Et même face aux obstacles, ce couple n’a jamais cessé de m’émerveiller par leurs réactions et leur bon sens.

Du côté des personnages secondaires, on retombe dans des figures plus classiques : un second rôle masculin, Min Tae Ha, qui ne sert pas à grand chose -à part être grand et beau- ainsi que la classique rivale insupportable, Han Joo Hee, dont le seul rôle consiste à mettre des bâtons dans les roues du couple principal. Cela faisait tellement longtemps que je n’avais pas vu ce type de configuration simpliste dans une rom-com que je trouve ça presque mignon ^^

Je suis également très agréablement surprise et reconnaissante envers la scénariste d’avoir écrit des personnages avec autant de bon sens. La réaction du couple principal face [SPOILER] aux actions de Han Joo Hee est un régal, parce que pour une fois, ils réagissent exactement comme ils le devraient, parce que Joo Hee a fait quelque chose d’abominable et qu’elle ne mérite aucun ménagement. [FIN SPOILER] C’est tellement rare de trouver tant d’équilibre dans un drama !

One Percent Of Anything est donc une rom-com classique sur le papier mais ce qu’elle a à offrir dépasse largement tout ce qu’on peut trouver dans les rom-coms classiques. Le tout avec un scénario extrêmement rafraîchissant pour les nostalgiques des années 2000 ^^ Les épisodes s’enfilent à vitesse grand V, je n’ai pas vu le temps passer -il faut dire que chaque épisode dure 35 à 40 minutes, ça passe ultra vite.

Bref, une surprise de taille : dire que j’avais lancé le drama sur un coup de tête, sans m’attendre à grand chose si ce n’était une rom-com très classique… Et je me retrouve avec un coup de coeur énorme, seize épisodes passés trop vite et déjà beaucoup de nostalgie pour ce couple formidable. Vous êtes d’humeur pour une rom-com ? Foncez.


En deux lignes

Les + Une romance magique -cette alchimie de dingue- et du bon sens à gogo : merci !

Les – Des rebondissements prévisibles dans un scénario qui vieillit mal ^^


Votre avis ?

The K2 더 케이투

Publié par Nikilann  

L’histoire

Je n’ai toujours pas compris le scénario de ce remake bizarre de Blanche-Neige. Mais tentons d’expliquer.

Choi Anna (Yoona) est envoyé à l’étranger après avoir assisté au suicide de sa mère. Prisonnière d’un couvent, elle cherche sans cesse à s’échapper, avant que sa belle mère (Song Yoon Ah) ne la capture et ne l’y renvoie. Jusqu’au jour où elle supplie un coréen dans le métro de l’aider. En fuite, Kim Jae Ha (Ji Chang Wook) ne va pas jusqu’au bout et finit pas l’abandonner alors qu’une voiture la ramène au couvent. 

Des mois plus tard, toutefois, les deux se retrouvent dans les plus improbables circonstances. 


e382bfe382a4e38388e383ab-99872

La fiche

Période de diffusion 23 septembre – 12 novembre 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Action, Romance, Drame, Thriller, Politique

Scénariste La même que pour Yong Pal. Fuyez.

Casting
Ji Chang Wook dans le rôle de Kim Je Ha
Yoona dans le rôle de Choi Anna
Song Yoon Ah dans le rôle de Choi Yoo Jin
Cho Seong Ha dans le rôle de Jang Se Joon


La note

6/10


L’avis

Il n’y a pas de mots pour exprimer ma frustration.

Haha, non plus sérieusement.

J’ai l’impression que les coréens n’arrivent pas à faire quelque chose d’à la fois esthétiquement beau et sensé avec un drama pré-produit. (J’espère que Legend of the Blue Sea me prouvera le contraire…)

The K2 est magnifique visuellement. Les scènes d’actions sont absolument splendides et Ji Chang Wook y est impeccable – rien à voir avec la production à l’arrache des scènes d’actions de Healer.

Le soucis ? Tout le reste. De la romance qui sort de nulle part à l’intrigue tirée par les cheveux, difficile de s’attacher à des personnages aussi incohérents. Je n’ai jamais compris ce qu’il se passait dans la tête de Jae Ha. Il n’avait aucune vraie substance à part être badass et romantique pendant les seize épisodes. Ça me fait mal aux doigts d’écrire ça sur Ji Chang Wook parce que j’adore cet acteur et il n’a pas été mauvais dans le drama, loin de là. Comment interpréter avec logique un personnage qui sautille de joie en voyant sa prisonnière échouer à cuisiner des ramens… mais est aussi capable de terrasser une pièce remplie d’agents secrets armés jusqu’aux dents ?

Ce n’était pas mieux du côté de YoonaAnna était un très beau personnage pendant les premiers épisodes. J’aurais aimé qu’on se dirige vers quelque chose de plus sensible et dramatique. Au final, en deux secondes après une nuit passée à discuter avec Jae Ha, elle devient super amicale avec toute la maisonnée comme si rien ne s’était passé ?

Mais vous savez quoi, je me suis arraché les cheveux pour rien pendant des heures. J’aurais du regarder le nom de la scénariste avant de me lancer. Car aux manettes… c’est la personne à l’origine de YONG PAL (!!) que nous avons à remercier pour ce fiasco !

ob_2c4e0d_the-k2-e05-161007-720p-next-mp4-001126
L.O.L.

Et oui ! Vous savez, ce drama où on a un héros qui donne son nom au drama, mais finalement, ce n’est pas lui le héros, mais en fait peut-être que si.

The K2 m’a donné exactement le même sentiment. Superbe réalisation, casting au top, un résumé prometteur… et bam. Ça part en sucette. [SPOIL] Même la dernière phrase du drama : « Quel est ton vrai nom Je Ha ? / Mon nom est… ». On sent le thème récurrent –«  [/SPOIL]

20160906_153835
Dignité

D’ailleurs, comme dans Yong Pal, le seul personnage intéressant est le second lead féminin. J’ai découvert Song Yoon Ah dans le rôle de Choi Yoo Jin. Quel charisme ! Jusqu’à ce que la fin détruise mes derniers espoirs qu’il y ait quelque chose de positif à dire de cette ample perte de temps…

Je ne vais pas m’attarder sur ce drama. Je l’ai trouvé mauvais – parce qu’il a nourri mes espérances et les a écrasées sous son pied consciencieusement pendant douze heures.

Conclusion ? Direction Healer !


En deux lignes

Les + Ji Chang Wook. Torse nu. Badass. Avec un chat. (et les scènes d’action)

Les – Le reste (absence de scénario cohérent, personnages incompréhensibles, etc etc)


Votre avis ?

Fantastic 판타스틱

Publié par Nikilann 
Relu et corrigé par Han Ga In

L’histoire

Lee So Hye est une scénariste de drama réputée. Le souci, c’est que pour son dernier projet en date, « Hitman », on lui impose comme leading man… Ryu Hae Song ! L’acteur super populaire est réputé pour jouer comme pied.
Un peu effrayé à l’idée de devoir révéler son manque de talent, Hae Sung accepte néanmoins le projet pour reconquérir So Hye, son premier amour. Mais il a du pain sur la planche : sa trahison – 10 ans plus tôt – qui est encore fraîche dans la mémoire de la jeune femme. En pleine ascension vers la célébrité, il avait annulé sa participation au drama qu’elle écrivait après lui avoir promis d’y tenir le premier rôle.
Des retrouvailles qui se compliquent lorsque So Hye est diagnostiquée avec un cancer du sein au stade 4…


La fiche

Période de diffusion 2 septembre – 22 octobre 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Romance, Drame, Tranches de vies, Amitié

Casting
Kim Hyun Joo dans le rôle de Lee So Hye
Joo Sang Wook dans le rôle de Ryu Hae Sung
Park Si Yeon dans le rôle de Baek Seol
Ji Soo dans le rôle de Kim Sang Wook
Kim Tae Hoon dans le rôle de Hong Joon Ki


La note

9/10


L’avis

Merci Asiandramas de m’avoir poussée à continuer Fantastic =)

Quelle jolie histoire ! Que c’est fort d’avoir une histoire qui parle du cancer sans s’égarer dans des scénarios aux obstacles abracadabrants et tragiques. Des fois, la simplicité est beaucoup plus touchante. Elle nous fait réaliser que chacune de nos vies peut être une grande histoire d’amour, d’amitié. Peu importe l’argent, la santé ou le statut : ce qui compte est d’avoir des gens sur qui on peut compter.

C’est une morale toute simple. Mais le drama la délivre sans tomber dans le sentimentalisme. J’ai eu le coeur serré mais surtout, qu’est-ce que j’ai ri tout au long de Fantastic ! Les personnages sont tellement attachants.

Je n’ai jamais vu un drama de Kim Hyun Joo (bon apparemment si d’après sa filmographie, elle a joué dans Boys over Flowers, mais pas moyen de me souvenir d’elle ^^). C’est vraiment une femme magnifique. Elle a vraiment réussi à jouer So Hye avec finesse et réalisme. [SPOIL] Les scènes où elle souffre le martyr après l’hospitalisation de Joon Ki m’ont prise au corps. Où la scène où elle avoue à la fin à Hae Sung qu’elle n’en peux plus, qu’elle veut arrêter de prétendre et mourir… [/SPOIL] Elle rend son personnage humain sans en faire des tonnes. Au début, je trouvais So Hye un chouïa froide, ce qui me faisait un peu peur pour la suite. Je ne sais pas quand c’est devenu une évidence que son impassibilité est le seul moyen qu’elle a de se protéger. Le combat qu’elle mène contre le cancer est vraiment bien rendu. Les symptômes arrivent très graduellement, ils ne sont pas surjoués, mais ils sont là (et crédibles. Oui c’est toi que je regarde Uncontrollably Fond !). Elle montre à quel point le plus difficile à combattre, quand le corps nous abandonne, c’est nous-même, nos pensées, notre enthousiasme. Combattre la maladie c’est se faire face et être obligé d’accepter de faire plus confiance aux autres qu’à soi-même.

Et comment faire confiance à Ryu Hae Sung d’entrée de jeu ? Il est tellement puéril. Il l’a déjà trahie … Bon, je vous spoile : il est en fait incroyable ! Joo Sang Wook (Cunning Single Lady) est un acteur avec lequel j’ai toujours eu du mal. J’ai toujours trouvé qu’il en faisait des caisses dans l’exagération dès qu’il faisait de l’humour. Comme quoi, il arrive toujours un drama pour vous faire changer d’avis.

Il était absolument parfait dans le rôle de la star au grand coeur Hae Sung. Hilarant lorsqu’il est incapable de jouer une scène (je ne me lasserai jamais de voir la tête des gens qui le voient jouer haha). Attendrissant lorsqu’il fonce tête baissée conquérir So Hye. J’ai beaucoup aimé qu’il ait une autre forme d’orgueil : être honnête avec lui-même et les autres. [SPOIL] C’est pour cela que lui et So Hye sont fait l’un pour l’autre. Il ne lui donne jamais l’impression d’abandonner quoi que ce soit pour elle. Elle peut oublier la maladie, sa fierté. Il donne l’impression que tout est sans prise de tête.[/SPOIL]

J’ai toujours vu Kim Tae Hun (Bad Guys) dans des rôles de méchants. [SPOIL] Peut-être la raison pour laquelle les hallucinations de So Hye à la fin me glaçaient le sang. [/SPOIL] Il ne m’a fallu qu’une demi seconde pour les oublier. Son interprétation de Hong Joon Ki était solaire. Il rayonnait sur tous les personnage avec sa joie et son optimisme permanent. Je l’ai adoré dès le début en temps que second lead. Mais je l’ai aimé tellement plus lorsque sa bromance avec Hae Sung commence !(!) J’aurais pu troquer toutes les scènes du drama pour des scènes entre ces deux là. C’était eux la vraie histoire d’amour du drama haha. [SPOIL] Tous les passages où il lui explique comment gérer le cancer, leurs nuits en tête à tête à l’hôpital… j’ai ri à en pleurer. [/SPOIL]

J’ai beaucoup aimé que l’amitié soit aussi centrale dans Fantastic. J’ai déjà dis cela dans d’autres articles, mais c’est vraiment rare qu’il y ait une vraie amitié – une belle amitié – entre les personnages. Une amitié qui semble naturelle, solide et pure. Celle entre les filles, Lee So Hye, Baek Seol et Jo Mi Sun est magnifique. Elle m’a fait penser à ces gens que je ne vais pas voir pendant parfois plusieurs années, mais dès que l’on se revoit, c’est comme si on s’était quitté la veille. Leur amitié est comme ça. Plus forte que la séparation et l’absence de coups de fil. Les voir rire comme des gamines à chaque rencontre, se soutenir comme des rocs pendant les coups durs… C’était juste beau.

J’ai apprécié que le cancer ne soit pas le seul moteur de l’histoire. L’histoire de Baek Seol est vraiment prenante. Déjà, j’aime beaucoup l’actrice Park Si Yeon (Nice Guy). Elle est incroyablement belle, c’est fou. J’ai trouvé ça super qu’on nous raconte l’histoire d’une femme maltraité – une femme à la personnalité pourtant forte et que tout le monde imagine capable de se défendre. Ça montre à quel point la maltraitance domestique est beaucoup plus complexe que ce que l’on pense et peut toucher tout le monde.*

Quant à Ji Soo… Il a eu la fille !!! Ça y est ! Enfin !! Je sais, c’est loin d’être le plus grand intérêt du personnage mais prenons une minute pour célébrer ça haha. Même si son histoire a été grandement diminuée après que l’acteur ait été hospitalisé d’urgence, il a quand même réussi à avoir une histoire où il obtient récompense ! On sent que les scènes avec lui sont écourtées pendant la moitié du drama, il est souvent filmé assis ou assez immobile – ou de dos ou de loin. C’est dommage parce qu’au final, j’ai quand même eu la sensation que ça aurait pu être mieux. MAIS il a eu sa noona alors je ne ferais pas la fine bouche haha. Prenez ça, Angry Mom et Sassy Go Go !

Mention spéciale à Oh Chang Suk, le fidèle sidekick de Hae Sung. Leurs combats d’arts martiaux étaient épiques. Et si un jour, je dois mettre au point un signal secret, ce sera « cuckoo » !

[SPOIL] Et puis la fin est géniale. Qu’est-ce que j’ai ri ! Cette infiltration des hommes dans l’avion était tellement prévisible et ce photoshop de l’extrême en dernière image ! Hahahaha ! Parfaitement dans l’esprit du drama. [/SPOIL]

FantastiC (pour cancer), a un parfum de Scent of a Woman mais est en même temps moins tragique et extrême. Il est plus concentré sur le quotidien. Que nos deux héros soient une scénariste qui a le cancer et un acteur célèbre ? Peu importe. A aucun moment on ne nous donne l’impression qu’ils ont un destin extraordinaire. Ils sont deux humains, deux personnes comme n’importe qui d’autre.

Je crois que c’est ce qu’il faut retenir de ce drama. Faire compter chaque jour comme si c’était le dernier. Oublier sa fierté et accepter de faire confiance. Apprécier ce que l’on a quand on l’a. Rire. Aimer. Rire.


En deux lignes

Les + Très humain, optimiste, léger et drôle tout en parlant de sujets graves

Les – L’hospitalisation de Ji Soo qui a diminué sa présence à l’écran  😥


Votre avis ?

Image

One More Happy Ending 한 번 더 해피엔딩

Publié par Nikilann
relu et corrigé par Maaki

L’histoire

Le divorce d’Han Mi Mo (Jang Na Ra) ne l’a peut être pas rendue heureuse en amour, mais il lui a permis de réussir. Jeune, la trentenaire faisait partie des Angels, un girl-band très populaire. Désormais, elle tient une agence de rencontre pour divorcés avec une des anciennes idoles du groupes. Mais est-ce qu’avoir échoué une fois en amour signifie que l’on n’aura pas de seconde chance ? Parce que cette nouvelle opportunité pourrait bien se trouver sur le pallier d’en face, s’appeler Song Soo Hyuk (Jung Kyung Ho), être un paparazzi papa célibataire depuis plus de 10 ans et accessoirement le roméo qui avait refusé de l’embrasser dans la pièce de théâtre de leur école…


opil.jpg

La fiche


Période de diffusion
20 janvier 2016 – 10 mars 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Romance, Comédie

Casting
Jang Na Ra as Han Mi Mo
Jung Kyung Ho as Song Soo Hyuk
Kwon Yool as Goo Hae Joon


La note

8,5/10


L’avis

One More Happy Ending était vraiment fantastique. Bon, comme d’habitude, Jung Kyung Ho ❤ Mais au delà de mon amour infini pour lui, cette rom com a réussi à m’embarquer dès le premier épisode. On a malheureusement eu un creux aux épisodes 11, 12, 14 et 15, mais c’est du creux minime. Il frustre un peu parce que tout le reste est tellement parfait qu’on trouve dommage de passer du temps sur des points de scénario par forcément utiles ou un peu longuets.

J’ai regardé One More Happy Ending pour le couple principal. Jung Kyung Ho est mon acteur masculin préféré et Jang Na Ra est une de mes actrices – sinon mon actrice – préférée de dramas. Savoir qu’ils étaient ensemble a fait monter mes attentes à un tel point que j’avais vraiment très peur d’être déçue.

Sur tous les plans, le drama m’a surprise. Il a su être drôle, touchant, triste, profond et philosophique. Que ce soit à travers l’histoire du couple principal ou celle des couples secondaires, toutes les romances m’ont passionnées. J’ai rarement vu un drama aussi humain. On ne montre toujours pas le sexe, mais on en parle (on prend le progrès où on le trouve, hein). On parle maladie sans tomber dans le pathos. On parle difficulté d’avoir des enfants. On parle remariage et divorce avec une subtilité rafraîchissante. Bref, c’est du plaisir à l’état pur tout du long (encore une fois, malgré les quelques essoufflements). Quand à la fin, elle est par-fai-te – chose qui vaut la peine d’être soulignée. Il est extrêmement rare qu’une fin de comédie romantique soit mémorable. On sait ce qu’il va se passer : nos deux héros finissent ensemble, se retrouvent après un an de séparation, défient les lois de l’espace et du temps et se retrouvent malgré tout. On finit toujours avec deux personnes qui se sourient, s’embrassent, s’enlacent, se croisent…

Celle de One More Happy Ending m’a juste rendue joyeuse. L’essoufflement du drama sur les derniers épisodes s’est envolé et je suis immédiatement venue écrire l’article pour ne pas laisser cette joie me filer entre les doigts. Encore une fois, on est loin de la perfection, mais la fin laisse un beau souvenir qui efface beaucoup des petites déceptions.

A vrai dire, la dernière partie de drama n’est pas mauvaise. J’avais juste des attentes tellement hautes pour le drama que j’ai trouvé dommage qu’encore une fois on s’arrête sur des problèmes qui n’ont pas lieu d’être – surtout lorsque les deux premiers tiers du dramas avaient réussis à éviter les écueils. [SPOIL] La force du drama est de traiter des problèmes très communs. Des problèmes de la vie de tous les jours et de n’importe qui à travers plein d’hommes et de femmes. Alors pourquoi soudainement faire deux épisodes sur la possibilité que l’ex-mari de Mi Mo épouse la soeur de Soo Hyuk ? J’ai beaucoup aimé la manière dont se conclut cette péripétie, mais j’ai trouvé extrêmement dommage qu’on perde autant de temps dessus. On avait, certes, de bonnes fin d’épisodes pleines de suspens, mais ça sentait aussi le manque d’inspiration côté scénariste… [/SPOIL]

Cela dit, alors que je pensais me lancer dans un drama uniquement supporté par le casting, j’ai été surprise d’y trouver une très belle écriture des personnages. C’était un plaisir de voir de bons personnages bien joués par de bons acteurs. Personne n’était mauvais. C’est tout bonnement du quasi jamais vu haha.

Jang Na Ra a, comme d’habitude, été sensationnelle. Dans le rôle d’Han Mi Mo, elle est encore plus humaine qu’à l’accoutumée. Là où elle se retrouve toujours dans des situations impossibles ou improbables dans ses autres dramas, elle jouait ici le simple rôle d’une divorcée dont l’agence matrimoniale (pour divorcés) marche comme sur des roulettes. Un rôle tout bête qu’elle a réussi à rendre attachant en quelques secondes d’écran. La magie Jang Na Ra : elle est toute petite et toute frêle, pourtant elle dégage une force dingue. La présence qu’elle peut avoir à l’écran m’impressionne toujours. Quant au caractère de son personnage… Han Mi Mo est une sacrée femme. Fonceuse. Impulsive. Elle a le sang très chaud. Elle est honnête et passe son temps à imaginer n’importe quoi (comme nous tou(te)s). Bref, elle est tellement normale que ça en est presque bizarre de se rappeler qu’on regarde un drama.

J’ai parlé de Jang Na Ra avant Jung Kyung Ho parce que je l’ai trouvé un peu meilleure que lui dans le drama. Probablement parce que son personnage était plus profond et qu’elle était clairement l’héroïne. MAIS (et je le met en majuscule parce qu’il le mérite) Jung Kyung Ho était géniaaal dans le rôle de Song Soo Hyuk. Les premiers épisodes m’ont fait rire aux larmes. [SPOIL] Le fantasme des costumes d’animaux, mon dieu. [/SPOIL]

O8bVlVz
Et puis regardez-moi ce petit couple haha

Certaines scènes m’ont ensuite tordu le cœur (parce que même si ça m’énervait que le drama tombe dans les travers classiques du genre, Jung Kyung Ho arrive toujours à parfaitement trouver le moyen de me faire fondre). Ses grimaces, ses intonations, son intensité, sa simplicité, tout m’avait tellement manqué depuis Falling For Innocence. Encore une fois, il a réussi à me faire oublier tous ses rôles précédents et à le voir dans une nouvelle peau. C’est un génie.Il était tellement fragile en père veuf un peu perdu et beaucoup en manque (plus de 10 ans de célibat mesdames et messieurs).

Le seul soucis que j’ai eu avec ce drama est le personnage de Goo Hae Joon. Encore que plus que le personnage, c’est l’acteur qui m’a dérangée. Kwon Yool n’a pas un visage super expressif. Du coup, le prendre pour jouer un personnage très intérieur n’était peut-être pas le meilleur plan… Dès qu’il s’énervait ou qu’il faisait quelque chose, ça allait: Kwon Yool s’exprime bien avec son corps. Mais du coup, lorsque c’est dans le visage qu’il fallait de l’émotion (c’est à dire les 3/4 du temps dans le cas de Hae Joon), il y avait clairement un problème. L’autre souci, c’est que, plus que sa relation avec Mi Mo, c’est sa relation avec Yeon Soo (Hwang Sun Hee) que j’ai trouvé beaucoup plus intéressante. Encore une fois, j’avais probablement des attentes trop hautes. Sa relation avec Mi Mo était bien amenée et leur histoire est bien écrite. [SPOIL] On sent assez vite où sont les dysfonctionnements. On comprend comment pense Hae Joon, comment pense Mi Mo. Et on comprend vite qu’ils veulent que ça fonctionne, mais leur deux caractères ne sont juste pas compatibles à long terme. Mi Mo suranalyse tout, elle a besoin d’assurance, de quelqu’un qui lui dit les choses (donc Soo Hyuk). Hae Joon aime bien s’amuser à faire tourner les gens en bourrique – il a un humour assez particulier. Du coup, ça ne marche pas. J’ai trouvé très dommage les épisodes de la rupture à cause de ça. Il n’y avait pas besoin de tomber dans le dramatique ou les larmes. C’est à partir de là que j’ai commencé à me retrouver devant un drama plus traditionnel et c’est vraiment dommage quoi. [/SPOIL]

Mais ce drama était loin d’être l’histoire d’un seul couple !

L’histoire qui m’a le plus touchée probablement, c’est celle de Baek Da Jung (Yoo Da Hin) et Kim Gun Hak (Kim Tae Hoon). Dans les premiers épisodes, je la trouvais assez froide. Mais très vite, ils ont réussi à la rendre humaine. Je n’ai pas toujours compris les choix des deux personnages, ni compris comment, exactement, les choses avaient pu autant mal tourner. Je n’ai aussi pas toujours compris la manière dont leur intrigue avance. Mais j’avais beau ne pas tout comprendre, ils m’ont touchée plus que tous les autres réunis. Je trouve que c’est très fort : dans la vie, on croise des tas de gens qu’on ne comprend pas et réussir à retranscrire ça à l’écran avec autant de talent, c’est une belle réussite.

Hong Ae Ran (Seo In Young) et Bang Dong Bae (Park Eun Seok) m’ont eux beaucoup fait rire. J’adorais la manière dont chaque scène arrivait à me surprendre plus que la précédente. Je crois que le côté drôle et détaché des personnages – c’était leur caractère – faisait que je ne pouvait pas m’identifier à eux. Mais ce n’est pas parce qu’ils m’ont moins profondément touchée que les autres qu’ils n’en étaient pas pour autant réalistes.

Yoo In Ah ne me déçoit jamais. Quelle fraîcheur dans le rôle de Go Dong Mi ! Institutrice, elle court après l’amour avec ses cheveux dans tous les sens et ses grosses lunettes. Elle est hilarante. Toutes les scènes avec les enfants m’ont fait tellement tellement tellement tellement (tellement !) rire. Quant à son évolution personnelle, c’était beau et satisfaisant. J’ai adoré.

1092743v_720p_1601290739-mp4_20160204_181352-353

Mais au coeur de cette histoire, autant que l’amour, c’était l’amitié la star de One More Happy Ending. Les quatre héroïnes étaient toujours là les unes pour les autres. Elles se voient parfois toutes les quatre, parfois à deux. On sent qu’elles sont toutes très proches mais qu’à certains moment de leurs vies elles sont logiquement plus proches avec juste une des filles du groupe. [SPOIL] Les scènes entre Ae Ran et Da Jeong lorsqu’Ae Ran croit qu’elle est enceinte étaient très belles. [/SPOIL]

Pareil, l’amitié entre les héros masculins valait le détour. Que ce soit la bromance entre Soo Hyuk et Hae Joon qui connaît des hauts et des bas [SPOIL] La scène du fight dans la piscine à bulle hahaha [/SPOIL] ou la bromance beaucoup trop mignonne et drôle entre Soo Hyuk et Yun Ki (le photoreporter), j’ai fondu.

En plus, la musique est stylée. Entre le « Loving You » des Angels qui revient tout au long du drama –  cette chanson haha. A chaque fois je les vois avec leurs ailes d’anges – et l’excellente « If » d’Elsa Kopf…

Screen-Shot-2016-01-21-at-6.44.22-pm

Une mention spéciale pour les tas de caméos du dramas. Kim So Yeon est d’ailleurs un tel caméo (elle ouvre le drama) que j’ai cru que je m’étais trompée et qu’en fait, je m’étais retrouvée dans une sorte d’univers parallèle de Falling for Innocence. Quant au caméo de Conan O’Brien, c’était n’importe quoi, mais qu’est-ce que j’ai ri. Je suivais sa visite en Corée sur twitter, mais alors ça c’était juste la cerise sur le gâteau !

Un peu dans l’esprit des I Need Romance, One More Hapy Ending est un drama qui se veut adulte et réaliste sur la vie de couple et il s’en sort plutôt très bien. J’ai ri. J’ai été touchée. Et lorsque j’ai fini le drama, j’avais le sourire. Je suis triste d’avoir quitté tout ce beau monde, mais One More Happy Ending m’a laissée sans arrière-goût amer. Je garderais un super souvenir de cette aventure au casting stellaire. Foncez si vous voulez vous détendre, ça vaut vraiment le coup.

Et pour finir, comme le veut la tradition, Jung Kyung Ho ❤ ❤

tumblr_o22qh0dgJ01v5pgpgo2_1280


En deux lignes

Les + Jung Kyung Ho, le casting et la toute fin

Les – Le coup de mou des derniers épisodes


Votre avis ?