Image

Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo 달의 연인-보보경심 – 려

Publié par Asiandramas

L’histoire

Remake du drama chinois Startling By Each Step / Bu Bu Jing Xin, lui-même adapté du roman du même nom écrit par Tong Hua.

L’héroïne est une jeune fille des temps modernes qui, suite à un accident, se réveille plusieurs siècles plus tôt, à l’époque Goryeo sous le règne du roi Taejong. A cette époque, elle s’appelle Hae Soo (IU) et sa cousine est mariée à Wang Wook, 8ème Prince de la famille royale (Kang Ha Neul). Après une période d’adaptation, Hae Soo crée rapidement des liens amicaux avec chacun des Princes et tombe amoureuse du 8ème Prince.

Mais le temps de la succession approche et Hae Soo ne se doute pas qu’elle va se retrouver en plein coeur d’une sanglante guerre au trône entre tous les Princes héritiers…


f67c72cbfe2c81a68a5faf21d37abb591472794482

La fiche

Période de diffusion 29 août 2016 – 1er novembre 2016
Episodes 20 (60 min)
Genre Romance, Historique

Casting
Lee Joon Ki dans le rôle de Wang So (4th Prince)
IU dans le rôle de Hae Soo
Kang Ha Neul dans le rôle de Wang Wook (8th Prince)


La note

5/10


L’avis

Après 20 épisodes assez riches en émotions, si je ne devais garder que deux mot pour résumer mon ressenti, ce serait définitivement : incohérence et frustration. Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo avait vraiment tous les atouts en main, et surtout un scénario déjà tout prêt ! Mais finalement, le plus gros souci du drama est son sérieux problème d’écriture. Ce n’est pourtant pas évident de se foirer dans l’écriture, alors même qu’il s’agit d’un remake d’un livre et drama à la base aussi bien écrit.

Globalement, j’ai eu, tout au long du drama, un sentiment d’inconsistance. J’avais constamment l’impression qu’ils ont choisi de reprendre l’histoire et l’écriture originelle, tout en essayant d’y intégrer le plus d’élements possibles pour rendre le drama… le plus « drama » possible : fan-service à gogo, bons sentiments, noble idiotie… Tant de choses qui n’existaient pas dans la version originelle, et qui, intégrées dans le drama, résultent en un flagrant manque de fluidité dans le scénario parce qu’on force des situations qui n’ont pas lieu d’être, ni de raison d’être.

Je crois que, côté inconsistance, la palme d’or revient au second lead Wang Wook (Kang Ha Neul) : juste WTF ? [SPOILER] D’un homme qui a le cœur sur la main au début, il devient du jour au lendemain méprisable par sa soif d’ambition, sans que le drama nous donne une justification suffisamment convaincante pour que ça soit cohérent. Et jusqu’au bout, le drama essaie pourtant de nous attendrir en nous montrant à quel point il souffre de sa situation (?) et à quel point son amour pour Soo est fort : WTF ! [FIN SPOILER] Aucune cohérence, aucune fluidité dans ce personnage complètement insipide, et de façon générale, ça se rapporte au drama entier.

Parlons quand même des points forts, parce qu’il y en a malgré tout. A commencer par la réalisation : une tuerie. La cinématographie est un régal pour les yeux : les costumes, les décors, les couleurs, les plans… J’ai rarement vu un drama aussi joli visuellement. Je suis également conquise par l’OST, les instrumentales sont absolument splendides.

Deuxièmement, Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo fait partie des (rares) dramas dont la seconde partie est largement supérieure à la première. En comparaison aux 7 premiers épisodes du drama –qui étaient un enchaînement de scènes sans réel lien entre elles si ce n’est du fan-service- la suite devient beaucoup mieux. Il y a même des épisodes que j’ai trouvé vraiment bons -j’ai eu un vrai regain d’intérêt aux alentours des épisodes 8-9 (la cérémonie de la pluie) ou encore les épisodes sur la Concubine Oh– mais dans l’ensemble, mon semblant « d’addiction » (parce que c’était quand même une sorte d’addiction) était plus dû à la curiosité pure qu’à la passion. J’attendais les épisodes avec impatience chaque semaine, pourtant le drama n’a jamais cessé de me frustrer par son écriture bancale et son manque de fluidité.

Dernier vrai point fort du drama, c’est son héros Wang So qui, du début et jusqu’à la presque fin, ne m’a jamais déçue et a toujours été parfaitement en ligne avec lui-même. Je dis « presque fin » parce que [SPOILER] les derniers épisodes ont quand même réussi à le rendre un peu bizarrement lunatique… vu comme les précédents rois ont fini (d’ailleurs, on sent le manque d’inspiration flagrant dans la façon dont le scénario se débarrasse de tous ses rois), il faut croire que le trône rend définitivement fou [FIN SPOILER] mais dans l’ensemble, j’ai vraiment aimé ce personnage. Au milieu d’une multitude de personnages incohérents / sans intérêt / frustrants, Wang So se distingue à la fois par la profondeur de son personnage, mais aussi par l’excellent jeu d’acteur de Lee Joon Ki qui fait de l’ombre à tout le monde.

De façon générale, l’incompréhension m’a accompagnée tout au long du drama. Des scènes entières m’ont paru complètement incompréhensibles au vu du contexte, tandis que certains personnages n’ont jamais pris sens à mes yeux. Je n’ai jamais compris à quoi servait Woo Hee des Hubaekje (Seohyun) : ni son rôle, ni ses idées, ni la justification de sa présence dans le drama [SPOILER] alors ne parlons même pas de sa mort : je n’ai absolument rien pigé, quelqu’un peut m’expliquer ? ^^ [FIN SPOILER]. Je n’ai jamais compris le rôle ni le positionnement du 9ème Prince Wang Won (Yoon Sun Woo), tantôt d’un côté, tantôt de l’autre. Les personnages apparaissent, disparaissent, changent d’avis et de caractère du jour au lendemain sans que le scénario n’apporte aucun élément de justification. Pour dire, j’en suis carrément venue à affectionner la Princesse Yeon Hwa (Kang Han Na) -quasiment le seul personnage qui a le mérite d’être honnête avec elle-même et avec les autres tout au long du drama.

Bref, l’écriture du drama m’a laissée finalement plus perplexe qu’autre chose, parce que je n’aurais jamais cru me retrouver un jour face à un drama aussi bizarrement illogique.

Côté personnages, j’ai bien aimé l’héroïne Hae Soo. J’aime beaucoup la façon dont son évolution est menée : d’une naïve innocence à une horrible prise de conscience, lorsqu’elle commence à se rendre compte que l’Histoire est en train de s’écrire autour d’elle -à cause d’elle- et qu’elle est, d’une certaine manière, l’élément déclencheur d’une guerre pour le trône à laquelle elle ne peut qu’assister, impuissante. Le problème, c’est qu’elle ne devient pas le personnage le plus fun du lot -je ne compte plus le nombre de larmes qu’elle verse dans la seconde moitié- mais j’ai bien aimé Hae Soo jusqu’au bout, et puis IU fait preuve d’un jeu franchement excellent. Ce n’est pas évident de maintenir le niveau de Lee Joon Ki et elle relève le défi brillamment.

La romance est finalement le seul axe que j’ai suivi avec intérêt -à la base, j’étais plus partie pour suivre passionnément la guerre au trône, finalement, elle est tellement inconsistante que mon intérêt s’est reporté sur la romance. Malgré son manque de fluidité, j’ai trouvé cette romance intense -ou peut-être est-ce juste Lee Joon Ki qui a un regard intense- et elle avait quelque chose d’épique qui m’a investie à 100% du début jusqu’à la fin. Autant vous dire que de voir Lee Joon Ki le coeur brisé m’a un peu chamboulée aussi.

Je ne m’attarderai pas sur le reste -ça n’en vaut pas vraiment la peine. Dommage pour ce gâchis d’eye-candy : le casting est quand même sacrément bien fourni mais les personnages sont tellement inutiles / mal écrits / indigestes qu’on en oublie qu’ils sont beaux. Je m’amuse donc à vous présenter les membres de la famille royale (passez votre souris sur les photos pour des présentations plus poussées ^^) :

En conclusion, Moon Lovers – Scarlet Heart: Ryeo n’est, selon moi, pas un mauvais drama. Un mauvais drama est pour moi un drama qui ne capte pas mon attention, auquel je n’arrive pas à porter de l’intérêt ni à m’investir. Ce drama, au contraire, a capté toute mon attention et mon intérêt. Je me suis investie à fond mais il m’a frustrée, il m’a déçue, il m’a vendu du rêve et n’a pas vraiment su être à la hauteur. J’en sors donc avec un gros sentiment de frustration et d’incompréhension… mais à la fois un sentiment d’avoir vécu une histoire prenante et remplie d’émotions -pas forcément toutes positives.


En deux lignes

Les + Une réalisation splendide (visuelle et musicale), un Lee Joon Ki excellent

Les – Tout le reste… mais surtout une écriture complètement WTF


Votre avis ?

Moonlight Drawn by the Clouds 구르미 그린 달빛

 

Publié par Nikilann 

L’histoire

Hong Ra On (Kim Yoo Jung) prétend être un homme depuis son enfance. Elle en tire le meilleur et s’est même concocté une petite réputation en donnant des conseils en amour. Par amitié pour un de ses clients, elle se rend au rendez-vous auquel celui-ci n’ose pas aller de peur de décevoir sa mystérieuse aimée. Mais Ra On est loin de soupçonner qu’il lui fait écrire des lettres d’amour à la princesse et que le prince Lee Yeong (Park Bo Gum) est curieux de mettre la main sur  leur auteur.
Un malentendu qui place Ra On au centre de l’attention du prince lorsqu’elle intègre le palais… comme eunuque ! Vendue pour éponger ses dettes, maintenir sa couverture devient une question de vie ou de mort. 


Cns5VWTUAAAxWg9.jpg

La fiche

Période de diffusion 22 août – 18 octobre 2016
Episodes 18 (60 min)
Genre Romance, Historique, Comedie, Drame

Adapté du webtoon de Yoon Yi Soo

Casting
Park Bo Gum dans le rôle de Lee Yeong / Le prince
Kim Yoo Jung dans le rôle de Hong Ra On
Jin Young dans le rôle de Kim Yoon Sung
Chae Soo Bin dans le rôle de Jo Ha Yeon
Kwak Dong Yeon dans le rôle de Kim Byung Yeon


La note

10/10


L’avis

Je suis devenue un marshmallow. Il n’y a plus que Park Bo Gum et ses sourires dans mon petit coeur. (Non sérieux, regardez-moi ça !)

Moonlight drawn by the Clouds n’a pas fait un seul faux pas en 18 épisodes. L’addiction est là dès les deux premiers épisodes. Elle s’efface un peu dans la seconde partie, mais sans que l’intelligence du scénario n’en souffre. L’écriture est fine (je ne suis plus surprise maintenant que j’ai jeté à oeil à l’auteur : à l’origine du bijou Discovery of Romance et du mini-drama Adolescence Medley). Quant à la réalisation ? Elle est impeccable ! Il y a des plans magnifiques.

[SPOIL] Le seul souci que j’ai eu avec ce drama, c’est la mort inutile et expédiée de Yoon Sung… J’aurais préféré que, comme Ha Yeon, sa fin soit ouverte sur un futur inconnu. Sa mort est trop arrangeante en terme de scénario. C’était vraiment dommage parce que tous les autres personnages ont eu une fin qui n’est ni facile, ni évidente. La scène entre la reine et le premier ministre était géniale et j’étais loin de m’attendre à trouver satisfaction de ce côté là ! [/SPOIL]

A part ça ? Les acteurs aussi sont géniaux ! Je n’ai jamais vu un aussi bon casting… aussi jeune. Je vous fais la liste qui va vous faire prendre un coup de vieux, attention ! (passez le curseur sur les photos)

Tous sont des acteurs qui m’ont un jour tapé dans l’oeil (excepté Jin Young mais à l’origine, ils voulaient recruter Yook Sung Jae (Tae Kwang de School 2015) ce qui aurait rendu ce casting ouf… encore plus ouf !). Les voir réaliser leur potentiel fait tellement plaisir !

Kwak Dong Yeon notamment : je l’ai adoré dans ses autres projets. Il a un charisme formidable et ce drama va lui ouvrir beaucoup de portes. Il sait jouer dans tous les registres ! De l’idiot fini mais attachant dans Unexpected You, à l’adolescent romantique dans Adolescence Medley, au guerrier badass, loyal et triste dans Moonlight. J’ai vraiment, vraiment hâte de voir le lead qu’il va devenir… Quant à Chae Soo Bin, j’ai beaucoup aimé son jeu dans Sassy Go Go et j’avais demandé à Dramaland de me donner un drama où elle jouerait une gentille pour qu’on voit si elle est vraiment bonne actrice. Merci d’avoir exaucé mon souhait !

Park Bo Gum et Kim Yoo Jung n’avaient rien à prouver de plus, sinon qu’ils peuvent être encore plus exceptionnels qu’ils ne l’étaient déjà.
Kim Yoo Jung fait preuve d’une maturité étrange pour son âge. C’est presque difficile à croire qu’elle puisse jouer une pareille palette d’émotion alors qu’elle n’a que 17 ans… Son talent est vraiment incroyable – et elle a encore de la marge de progrès, c’est surtout ça qui est hallucinant ! Elle m’impressionne de plus en plus à chacun de ses projets. Quant à Park Bo Gum… J’ai très envie de lui écrire un ode. Qui serait long. Plein d’exclamations, de grandes déclarations et de superlatifs. De mettre des dizaines de photos. (Je me suis un peu limitée. Du coup il y n’y en a que 3.)

Ça faisait longtemps qu’un héros n’avait pas fait autant vibrer mon cœur (Healer peut-être ?). Je ne sais pas ce que j’ai préféré entre son honnêteté, sa bonté, sa badassitude, sa confiance, sa loyauté, son romantisme, sa conviction, son émotion, sa force. Je crois que se sont ses sourires. Ses micro-expressions. Dès la première seconde, il dégage cette espièglerie… On voit l’intelligence et la joie pétiller dans ses yeux, le sérieux dans ses mots. A chaque scène, l’écriture du personnage et le jeu de Park Bo Gum était un peu meilleurs ! Il grimpe les échelon de la célébrité à toute vitesse. Ce drama a consolidé sa post-popularité Answer Me 1988 : il est sur de plus en plus de publicités et ma prof nous a même parlé de lui en cours il y a trois semaines – trop d’ajumma-love ! Elle était rosissante c’était adorable.

En même temps, je la comprend : impossible de ne pas succomber ou lutter contre l’alchimie qui explose entre tout le monde de tous les côtés ! Il y a une sorte d’osmose entre tous les éléments. Rire, larmes, émotion, angst, action… Romance, bromance, ennemis, famille… Acteur, scénario, réalisation… Bien que le scénario n’ait rien de vraiment nouveau ou original, on sait qu’on regarde quelque chose d’exceptionnel parce que tout fonctionne ensemble.

Je ne me lasserais par exemple jamais de scènes entre Ra On et Lee Yeong. D’habitude, quand les personnages se mettent ensemble, les scénaristes balancent plein de rebondissements pour que l’on n’ait pas le temps de vraiment les voir ensemble, interagir. Dans les séries, j’ai toujours l’impression qu’être en couple est un combat permanent à cause d’événements extérieurs qui manquent souvent de piquant.
Dans Moonlight, les problèmes n’en sont pas face à la force vive qu’est la volonté de Lee Yeong. [SPOIL] Son intelligence est constante tout au long du drama et j’ai adoré sa réaction à la noble idiotie passagère de Ra On. Lorsqu’il lui dit qu’il est prêt à croire tous ses mensonges… ça donne à la scène une ampleur énorme alors que je m’attendais à trépigner de frustration. [/SPOIL] La tension est toute entière contenue dans des problèmes qui en sont vraiment et qui sont amenés de manière à ce que l’on ai de vraies appréhensions pour l’avenir des personnages. C’est tellement rare que’une histoire arrive encore à me surprendre. Du début à la fin je me suis demandée comment tout allait terminer.

gurumi18-00769.jpg
Spoilers ? Meilleur caméo EVER ! (Kim Seulg Gi de Splish Splash Love)

Depuis que je suis en Corée, on me demande beaucoup ce que j’aime dans les dramas. Ce qu’ils ont de différents des séries occidentales. Pourquoi j’arrive à passer outre les imperfections, le pathos et la niaiserie. Je recommande le plus souvent Gaksital, City Hunter et Misaeng parce qu’ils ont quelque chose de vraiment spécial qui les rend difficilement comparables aux autres. Mais je ne sais jamais vraiment quoi conseiller quand on me demande quelque chose de plus traditionnel pour avoir une meilleure idée de ce à quoi ressemble l’ensemble des dramas.

Maintenant, je pourrais ajouter : « Et si tu veux voir un drama qui te permets de comprendre pourquoi je ne regarde pas toujours les meilleures séries et j’apprécie quand même cet univers, lance-toi dans Moonlight.

L’histoire est bien ficelée sans être atypique. Sur le papier, les personnages n’ont rien de fabuleux ou original. La réalisation est jolie mais loin de la perfection et on pourrait clairement faire mieux du côté de la musique.

Pourtant, tu es emporté par la magie d’un truc qui se passe à l’écran. Qui fait remuer ton estomac. Battre ton coeur. Tu vas soupirer contre ton gré. Avoir l’impression de déborder d’émotions – littéralement – sans vraiment arriver à mettre le doigt sur le pourquoi du comment. Parce que c’est ça, Moonlight Drawn by the Clouds. C’est de la joie en bouteille, des palpitations, un sourire de Park Bo Gum.

L’inexplicable magie des dramas. »

Et de ce teaser.

♪ Suis-moi tu vas kiffer, pas moyen que tu dormeees ! ♫
Je ne me lasserais jamais de regarder ce teaser.


En deux lignes

Les + Tout (surtout Park Bo Gum, Kim Yoo Jung et Kwak Dong Yeon)

Les – Quelques événements inutiles et ralentissements qui auraient du me faire mettre 9/10


Votre avis ?