Uncontrollably Fond 함부로 애틋하게

Publié par Nikilann  

L’histoire

Lorsqu’il apprend qu’il a seulement quelques mois à vivre, la super star Shin Joon Hyung (Woo Bin) voit son monde s’effondrer. C’est bien sûr le moment que choisit le destin pour remettre No Eul (Suzy) sur sa route. Son ancienne camarade de lycée n’est pas prête à lui pardonner ses erreurs et ses secrets. Mais lui est bien décidé à la garder auprès de lui par tous les moyens possibles.

No Eul croule sous les dettes, et lorsque Joon Hyung lui propose de tourner un documentaire sur lui, elle accepte. Quitte à prendre le risque de raviver la flamme qui ne s’était jamais vraiment éteinte…


 La fiche

Période de diffusion 6 juillet – 8 septembre 2016
Episodes 20 (60 min)
Genre Romance, Tragédie, Maladie, Famille

Casting
Kim Woo Bin dans le rôle de Shin Joon Hyung
Suzy dans le rôle de No Eul
Im Joo Hwan dans le rôle de Choi Ji Tae


La note

6/10


L’avis de Nikilann

J’ai littéralement perdu des cheveux à cause de ce drama. J’adore Kim Woo Bin, mais même si vous êtes fan, ne vous infligez pas ce fiasco !

UncontrollablyFond10-00019
A l’aide ! Quelqu’un ! Sauvez mon drama !

Le scénario de Uncontrollably Fond est catastrophique. Les dialogues sont souvent mal écrits et la noble idiotie, à ce stade, est pure stupidité.

J’étais teeeeellement déçue que Im Joo Hwan, qui joue le second lead Choi Ji Tae, se retrouve encore dans un drama pourri. Il fait vraiment de mauvais choix la plupart du temps. Et je ne comprend pas pourquoi on le cantonne au second lead. Il devrait prendre des risques – c’est un très bon acteur et il commence a bien vieillir… Bientôt il sera trop tard ! L’industrie n’aime pas les acteurs passés de mode :s

Au final, même Suzy n’a pas été la raison de cet échec tragique. Dans mon désespoir, je l’ai même trouvé actrice potable. Son jeu a tout de même peu de facettes. A part dans Dream High où elle collait parfaitement au personnage, elle manque d’expressions faciales et d’intonations dans la voix.

Cela se voyait d’autant plus que Kim Woo Bin est excellent. C’est vraiment pour lui que je suis restée jusqu’au bout. Il a réussi à me donner envie de savoir ce qui allait arriver à son personnage. Je l’ai trouvé poignant, jamais dans l’exagération. Le seul problème – mais là encore, je tiens le réalisateur et l’auteur pour responsable – c’était le cancer. Les symptômes qu’il provoquait… C’était du grand grand n’importe quoi !

Pareil que pour Im Joo Hwan, je suis déçue que Lim Ju Eun aie encore eu un second rôle. En revanche, elle s’est vraiment démarquée dans le drama. Elle m’a presque convaincue que Yoon Jung Eun était un personnage intéressant et profond. Un miracle si j’ose dire.

Mais tout cela ne me surprend pas vraiment. Je m’attendais juste a un début qui ait du cachet pour ce drama de la scénariste de Will it Snow for Christmas? et Innocent Man. Bien que ces deux mélodrammes soient partis en cacahuète sur la fin, leur début était incroyablement poignant. Lee Kyoung Hee sait écrire des personnages riches et leur inventer des situations qui vont droit au coeur. Sorry I Love You fait partie des mélo préférés d’Asiandramas !

Là, elle s’est plantée en beauté dès le début (puis, comme d’habitude, c’est encore plus parti en cacahuète).

UF12-00003

Le seul personnage que j’ai beaucoup aimé (en dehors de Joon Hyung), c’est sa mère. Jin Kyung a été magistrale dans le rôle – malgré l’agacement que j’ai parfois ressenti pour l’entêtement du personnage.

Quel gâchis du casting… J’étais vraiment intéressée parce qu’il s’agissait du premier drama complètement pré-produit. Échec cuisant !

uncontrollably-fond-filming-location-episode-17-mapo-bridge-b
Sortez-moi de là. Pitié.

Conclusion ? Ne faites pas comme moi : évitez le désastre.


En deux lignes

Les + Kim Woo Bin, sexy en toute occasion. De très beaux plans dans la neige.

Les – Un scénario a faire mal à la tête et des personnages a s’arracher les cheveux.


Votre avis ?

Publicités
Image

Journal de visionnage – Septembre 2016

Publié par Asiandramas

In love with…

Moonlight Drawn By Clouds 구르미 그린 달빛 (8/18)

Sans concurrence possible le coup de coeur du moment : Moonlight Drawn By The Clouds est un régal. Il offre tout ce qu’un drama peut offrir de meilleur : de la légèreté et du fun, le tout dans un contexte d’intrigues historiques et politiques passionnantes. Et surtout une romance irrésistible : le développement de cette romance est une tuerie. Park Bo Geum est juste extraordinaire, mon petit coeur manque de s’arrêter à chacun de ses sourires ^^

Je m’attends à ce que le drama prenne une tournure plus grave dans les épisodes à venir, les intrigues politiques montant doucement sur le devant de la scène. Je croise les doigts pour que le drama sache maintenir son excellent équilibre entre profondeur et légèreté, et si la romance continue à être aussi fabuleuse, je ne sais pas si mon coeur va survivre jusqu’à la fin. La suite, vite !


J’adore…

Fantastic 판타스틱 (6/12)

1472172675-23

Fantastic est un vent de fraîcheur inattendu. J’ai lancé le drama sur une impulsion : parmi les nombreux dramas du moment, rien en particulier ne me dirigeait vers celui-ci -si ce n’est l’envie de revoir Joo Sang Wook  ❤ mais aussitôt démarré, me voilà conquise après les 6 premiers épisodes que j’ai regardé d’une traite.

Avec un synopsis qui respire le mélo -l’héroïne So Hye est atteinte d’un cancer et n’a plus que quelques mois à vivre- Fantastic est tout l’inverse d’un mélo. Bien au contraire, on se rapproche même d’une comédie romantique. Le sujet de la maladie -sans jamais être pris à la légère- est traité avec tout le tact, l’optimisme et la joie de vivre qu’il faut : une impressionnante finesse d’écriture. En cela, le drama est très similaire à Scent Of A Woman, qui avait le même thème, et de la même façon, réussit à être un drama qui ne parle pas de mort et de maladie, mais de tout ce que la vie a à offrir.

Fantastic est une très belle histoire : une histoire de vie à remplir, une histoire d’amour qui se reconstruit, une histoire d’amitié qui se retrouve, une histoire d’épanouissement personnel. Ces aspects sont développés via l’héroïne, mais pas seulement : je suis également conquise par le second lead féminin, Baek Seol (Park Shi Yeon), dont les ailes enchainées n’attendent que de se déployer –Ji Soo, je compte sur toi ^^ La comédie est également de mise -j’ai passé 6 épisodes à mourir de rire face à Joo Sang Wook, particulièrement drôle dans la peau de cet acteur un peu timbré ^^ et j’adore les relations qui se tissent entre tous les personnages, il y a un tel naturel dans toutes les interactions !

A mi-chemin de l’aventure, je suis donc conquise. Un drama qui vaut le détour et que je vous recommande les yeux fermés !


Pas encore convaincue…

Moon Lovers – Scarlet Heart : Ryeo 달의 연인 – 보보경심 (7/20)

En tant que fan inconditionnelle de Bu Bu Jing Xin, la version chinoise, j’attendais le remake coréen avec beaucoup d’impatience et un peu d’appréhension. Bonne nouvelle, je n’ai eu aucun mal à mettre de côté mon envie de comparer et je découvre le drama avec un oeil complètement nouveau (heureusement car, entre nous, s’il faut comparer, Ryeo ne fait jusqu’ici absolument pas le poids ^^).

En mettant donc de côté toute comparaison entre les deux versions, je ne suis toujours pas convaincue. Je trouve que le drama manque de consistance : j’ai l’impression de voir les scènes se suivre sans trouver de réel lien entre elles, si ce n’est une volonté de fan-service ayant pour objectif de faire interagir l’héroïne avec chacun des princes conquis par la belle. J’ai un peu de mal à comprendre où le drama veut en venir -je le sais bien, parce que je connais l’histoire- mais en se limitant à ce que le drama veut bien nous montrer, il est difficile de trouver un fil rouge.

Jusqu’ici, l’ambiance du drama relève plutôt de la légèreté et l’innocence : j’ai du mal à imaginer le scénario prendre une tournure aussi sombre par la suite (la version coréenne sera peut-être plus optimiste que la version chinoise ? J’en doute, mais croisons les doigts).

Le seul personnage qui m’inspire vraiment jusqu’ici est le 4th Prince, So –Lee Jun Ki a beau jouer toujours les mêmes rôles, il le fait quand même mieux que les autres. C’est le seul personnage avec suffisamment de profondeur pour être touchant et chacun de ses regards me brise un peu plus le coeur (la fin de l’épisode 7, wouah). J’attends avec impatience le développement de la romance -jusqu’ici, c’est ce qui me tient scotchée chaque semaine, à défaut d’être passionnée par d’autres aspects du drama.

Je reste donc curieuse de voir ce que la suite a à nous offrir -en espérant que ça ne finisse pas dans un bain de sang ou de larmes.


A terminer…

Uncontrollably Fond 함부로 애틋하게 (17/20)

Parce que bon, à trois épisodes de la fin, ce serait quand même bête de laisser tomber. Autant j’avais adoré les 10 premiers épisodes, mais là ça fait quelques épisodes que j’ai décroché et l’envie de voir la suite manque.

Après un premier épisode assez laborieux -j’ai failli stopper à ce moment-là- j’ai vraiment beaucoup aimé la première moitié. S’il y a une chose qui mérite d’être soulignée dans ce drama, c’est la cohérence des personnages : les mélodrames ont une fâcheuse tendance à faire faire aux personnages un peu n’importe quoi à un moment donné, ôtant toute logique à leurs actions. Mais dans Uncontrollably Fond, j’ai trouvé chaque action, chaque réaction des personnages parfaitement compréhensible au vu de leur histoire. Et pourtant ce n’était pas évident : tellement de liens complexes lient chacun des personnages entre eux, et pourtant, le scénario a le mérite de ne jamais s’empêtrer dans des noeuds trop compliqués à défaire.

A quel moment ai-je commencé à décrocher ? Je ne saurais même pas dire, mon désintérêt est venu progressivement. Je crois que les tours et détours incessants entre les deux protagonistes -et notamment une noble idiotie un peu bizarre qui n’a pas lieu d’être- ont fini par me lasser. Pourtant la dernière partie -la vengeance- est un axe pour lequel j’ai beaucoup d’intérêt mais c’est arrivé trop tard, j’ai déjà décroché.

Je retiens particulièrement les prestations masculines du drama : Kim Woo Bin livre un jeu impressionnant -je ne l’aurais pas cru capable d’être aussi bon dans ce rôle qui lui va à merveille- et Im Joo Hwan est juste… wouah. Dommage que son personnage Choi Ji Tae perde beaucoup d’intérêt -et de temps d’écran- dans la seconde moitié du drama, parce que ce personnage bénéficie d’une écriture génialissime et Im Joo Hwan le porte avec un charisme inégalé. Suzy est une bonne surprise : sans être l’actrice du siècle, elle est étonnamment très convaincante dans ce drama.

Une autre raison pour laquelle j’ai du mal à finir est que j’aime quand même beaucoup le héros, Shin Joon Hyung, alors je crois que j’essaie inconsciemment de repousser le moment où il va devoir mourir ^^ Il faut donc que je termine, lentement mais sûrement, Uncontrollably Fond qui, à défaut de m’avoir tenu investie jusqu’au bout, me laisse quand même un joli souvenir, notamment sur sa première moitié.


W – Two Worlds 더블유 (14/16)

pqu4dsxevkkmyonaluiztyc6l5i

Un peu comme Uncontrollably Fond, mon intérêt pour W – Two Worlds a pris une pente descendante à partir de la seconde moitié. Et pourtant, la première partie est juste extraordinaire ! Je me suis enfilée les 8-10 premiers épisodes comme une petite folle jusqu’à rattraper la diffusion, et c’est par la suite que le drama a commencé à me perdre -autant dans son scénario que dans mon investissement personnel.

Le scénario est génial. Je ne m’attendais absolument pas à ça, et cette écriture multi-dimensionnelle entre la réalité et le manhwa est une tuerie. Chaque épisode est un mélange réussi d’action, d’humour, de romance, de thriller : les dramas aussi riches sont plutôt rares. La romance est géniale, aussi drôle que jolie et mon coeur a vécu des montagnes russes d’émotion.

Alors d’où vient ma perte d’intérêt ? Difficile à dire si le scénario est trop intelligent pour moi ou si j’ai juste arrêté d’essayer de comprendre. Jusqu’à la première moitié du drama -où la frontière entre les deux mondes était très claire- j’ai suivi l’histoire avec une passion folle mais à partir du moment où les deux mondes ont commencé à interagir ensemble, le scénario m’a perdue. Et il n’a fait que me perdre de plus en plus au fil des épisodes, à un point où je regardais les scènes se passer sans trop comprendre et sans trop m’investir. Il se passe trop de choses -je crois que c’est la première fois que je reproche à un drama d’être trop riche- et chaque axe fait des cercles interminables -la romance, le coupable, les allers-retours entre les deux mondes- à un point où j’ai perdu de vue le scénario mais aussi l’objectif final de l’histoire.

Dans ce contexte, il était donc difficile pour moi de rester aussi investie dans l’histoire et les personnages. Je suis quand même hyper enthousiaste sur les protagonistes : Lee Jong Suk est -encore une fois- absolument génial. C’est dingue comme il arrive à se renouveler de drama en drama -même s’il joue des personnages similaires- et démontrer un panel d’émotions aussi large. Je suis également ravie de retrouver Han Hyo Joo qui, sans faire preuve d’un jeu extraordinaire, est une héroïne ultra attachante. Petite mention à Soo Bong avec qui je compatis parce que de tous les personnages, c’est à lui que je m’identifiais le plus haha ^^

A deux épisodes de la fin, j’ai donc un avis très partagé sur W – Two Worlds. C’est sans conteste un bon drama -parce qu’il bénéficie d’une écriture solide et d’un casting irréprochable, et ce n’est pas donné à tous- mais en fin de compte, je l’aimerai moins que je ne l’aurais voulu.