Image

Les Rattrapages 2018 – I’m Not A Robot / My Golden Life / What’s Wrong With Secretary Kim / The Great Seducer

Publié par Asiandramas

Comme promis, voici la suite des rattrapages 2018 ! Avec ça, j’ai à peu près fait le tour des visionnages des 8 derniers mois ^^


I’m Not A Robot

26669_19927_1610

7/10

I’m Not A Robot est un feel-good drama dans toute sa splendeur. Le genre de drama à regarder avec le cerveau déconnecté, en faisant abstraction de toute logique et tout bon sens parce que :

  • le plot est absurde,
  • les twists sont ridicules,
  • aucune situation n’est vraiment crédible,
  • et par-dessus le marché, le drama se prend quand même un poil au sérieux avec des complots d’entreprise à dormir debout.

Et pourtant, c’est un vrai plaisir à regarder. Malgré toute l’absurdité des situations, le drama a une légèreté et un humour, combiné à quelque chose d’extrêmement chaleureux, qui font qu’on oublie rapidement les incohérences et on s’attache aux personnages.

En même temps, le drama est porté par un couple principal formidable : Yoo Seung-Ho et Chae Soo-Bin ont réussi à créer une romance adorable et touchante. La romance m’a faite rire, sourire, stresser, pleurer, elle m’a donné envie d’avoir moi-aussi un parapluie transformable ^^ Yoo Seung-Ho est impressionnant : même dans un drama aussi limité d’un point de vue scénario, on ne peut que rester bouche bée devant son jeu d’acteur exceptionnel. Chapeau bas.

original
Talkin’ about me ?

Finalement, ce qui partait comme un drama « juste pour le fun » est devenu un drama que j’attendais avec impatience chaque semaine. La romance est adorable, du début jusqu’à la fin. Malgré l’inconsistance du scénario, l’écriture des personnages n’en reste pas moins réussie et ils sont portés par des acteurs excellents. Quelques hauts et bas selon les épisodes (les magouilles d’entreprise m’ont particulièrement ennuyée) mais la romance a toujours réussi à me tenir en haleine, aussi bien que l’atmosphère chaleureuse qui se dégage de tous les personnages. Bref, un drama qui se regarde bien et qui s’oublie vite.


My Golden Life

IE002259665_STD

7/10

Ou le drama qui m’a rendue bipolaire. Du très bon, du bon, du mauvais, du très mauvais… J’ai passé tout le drama avec des pics d’amour succédant à des pics de colère.

Si les scènes des deux protagonistes m’ont vraiment plu (avec un énorme faible pour tout ce qui concerne l’héroïne Ji-An), tout le reste m’a pas mal ennuyée et ça atteignait des sommets d’énervement quand il s’agissait des parents, à savoir la mère de Ji-An (mais qu’on la mette en prison, c’est pas possible !) et les parents de Do-Kyung (étranglez les tous). Pour ce qui des personnages secondaires (les frères / soeurs, les romances annexes, etc.), j’alternais entre indifférence et ennui vis-à-vis de leurs histoires.

A part la dimension familiale horriblement frustrante, tout ce qui concerne nos deux héros m’a enchantée. J’étais mitigée sur le héros Do-Kyung sur les premiers épisodes. Park Shi-Hoo fait son grand retour sur la chaîne publique après un houleux scandale, et on sent qu’il n’est pas à l’aise, on sent qu’il est complètement figé et qu’il en fait des tonnes pour rendre son personnage sympathique et fluffy. Heureusement, il reprend progressivement ses aises et au fil des épisodes, il retrouve vraiment son assurance et son charisme d’antan. Ouf !

A vrai dire, je suis restée mitigée face aux premiers épisodes : à des secrets de naissance se succèdent des comportements qui défient toute éthique, des motivations qui se justifient mal (le tout sans que ça n’ait l’air de choquer personne), et le couple principal ne se connait pas encore suffisamment pour que leurs interactions soient intéressantes. Il m’a fallu environ 10 épisodes pour vraiment accrocher. Mais du coup, c’est parti dans l’autre extrême : par la suite, je me suis retrouvé prise par une espèce d’addiction pour ce drama que j’ai du mal à expliquer, au point de me jeter religieusement sur chaque nouvel épisode tous les lundi-mardi ^^ Soudainement, me voilà étrangement investie dans cette histoire, même si je me suis demandée parfois pourquoi. Tout au long des épisodes, certains twists de scénario et choix faits par les personnages m’ont scandalisée à un point inimaginable ; et pourtant l’attrait du couple principal m’a toujours tenue scotchée à ce drama.

Ce n’est pas tant l’aspect romantique en lui-même qui m’a charmée dans cette relation ; c’est la complicité qui se construit entre Ji-An et Do-Kyung que j’ai trouvée superbe. A la fois quand ils habitent sous le même toit, à la fois après, quand Do-Kyung fait son possible pour rester auprès de Ji-An, je trouve que ces deux personnages ont toujours une connexion très particulière qui les lie l’un à l’autre, sans forcément avoir besoin d’être trop démonstratifs -car finalement, on reste relativement peu démonstratif dans cette romance et dans ce drama en général.

My Golden Life est un drama que je suis contente d’avoir suivi. Avec un format familial de 52 épisodes, l’attachement que l’on ressent est forcément beaucoup plus fort que d’habitude. Alors malgré tout ce que je peux lui reprocher, malgré tous les pics d’énervement qu’il m’a faite vivre, il n’en reste pas moins un drama que j’ai suivi avec une indéniable passion au fil des semaines. Je suis ravie de retrouver Park Shi-Hoo qui n’a rien perdu de son charisme d’avant ❤ Et je suis contente que ce drama ait eu un tel succès en termes de ratings. En bref, si vous êtes férus de dramas familiaux, je ne peux que vous recommander d’y jeter un oeil. Mais en sachant dans quoi vous vous lancez !


What’s Wrong With Secretary Kim ?

20180607135932558910_0_750_1067

6,5/10

De manière assez surprenante, mon bilan global n’est pas aussi positif que je ne l’aurais imaginé. En tout cas, quand j’ai lancé le drama, il partait pour être un vrai coup de coeur. La première moitié m’a rendue complètement addict : le genre d’addiction complètement insensée et incontrôlable, qui est à la fois une torture et un délice ^^

Ce qui fait défaut au drama – de mon point de vue – c’est l’absence de scénario en dehors de la romance. Alors oui, la romance est géniale. Elle contourne les clichés habituels, elle surprend par son originalité, sa façon hyper drôle et directe de se construire. On reproche trop souvent aux comédies romantiques de multiplier les intrigues, les obstacles, les rivaux, avec pour unique objectif de combler le scénario. Ici, vous ne trouverez rien de tout cela : vous voulez une romance ? On vous donne une romance, 100% de romance pendant 16 épisodes. Effectivement, on ne se perd pas au milieu de fioritures et prises de têtes inutiles et c’est hyper rafraîchissant. En revanche, l’absence de matière fait que la seconde moitié m’a parue un peu longue – à vrai dire j’ai même eu un peu de mal à aller jusqu’au bout.

Disons que j’ai trouvé peu intéressant certains axes répétitifs – je pense notamment au kidnapping d’enfance que l’on se traîne tout au long du drama, ou encore au second rôle masculin qui n’apporte pas grand chose. Heureusement, quelques axes secondaires apportent un peu de fraîcheur : j’ai suivi avec grand plaisir les petites histoires hilarantes des collègues de travail : Miss Bong était trop drôle (my hero !), tandis que la nouvelle secrétaire Kim était adorable avec son voisin d’immeuble.

Et la romance en elle-même, bien que géniale – et tellement addictive au début – devient un poil répétitive au fil des épisodes. Je suis un peu déçue par Park Min-Young : j’ai eu l’impression que ses expressions ici se limitaient à alterner un grand sourire avec une expression choquée. En même temps, elle a toujours été génialissime dans ses précédents rôles (Seven Day Queen, Healer) alors forcément, j’en attendais probablement trop. Park Seo-Joon, de son côté, était très bien. Sans jouer le rôle de sa vie, il est ici attachant, maladroit, et complètement hilarant dans son narcissisme, c’est un régal.

En bref, j’ai quand même passé un très bon moment devant le drama. La romance est jolie, le couple principal a une alchimie dingue – heureusement, car c’est l’unique élément qui permet au drama de tenir debout. A regarder si vous cherchez une jolie rom-com estivale sans prise de tête, même si la seconde partie n’a pas le piquant de la première.


The Great Seducer / Tempted

the_great_seducer_2885

Episode 7/32 [Abandonné]

J’ai lancé ce drama car j’étais curieuse de voir une version drama des Liaisons dangereuses. J’ai trouvé le début assez intéressant : malgré une exécution désordonnée, il y avait du potentiel dans le trio de départ : riches, désabusés, abandonnés, ces trois jeunes m’ont de suite plu. Je suis notamment tombée sous le charme du second rôle féminin – d’une beauté et d’une prestance remarquable. Et puis, l’héroïne est arrivée. Et là, c’est le drame. J’ai fait des efforts mais au bout du 7ème épisode (de 30 minutes), j’abandonne. L’assiette cassée a eu raison de ma patience.

Je suis désespérée par l’héroïne : Joy est tellement fade, je ne comprends pas comment le drama peut rester crédible avec une héroïne pareille. Je suis également désespérée par le script qui veut que le héros tombe immédiatement sous son charme (quel charme ?) alors que le « jeu » est censé être le fil rouge de l’histoire. Désespérée par l’exécution d’ensemble qui est aux antipodes de la subtilité (il y a une manière un peu grossière de sortir les violons au moindre élément dramatique).

Mon seul regret, c’est le second rôle féminin : je suis fascinée par Moon Ga-Young. Elle est d’une élégance et d’un charisme fou, elle vole la vedette à tous les autres personnages – bon d’accord, ce n’est pas trop difficile vu la concurrence, mais elle a vraiment une classe dingue. Ouf, au moins, l’antagoniste est réussie.

En conclusion, j’attends le jour où Les liaisons dangereuses aura une version drama digne de ce nom !


Et vous, quels sont vos derniers visionnages ?
Publicités

Fantastic 판타스틱

Publié par Nikilann 
Relu et corrigé par Han Ga In

L’histoire

Lee So Hye est une scénariste de drama réputée. Le souci, c’est que pour son dernier projet en date, « Hitman », on lui impose comme leading man… Ryu Hae Song ! L’acteur super populaire est réputé pour jouer comme pied.
Un peu effrayé à l’idée de devoir révéler son manque de talent, Hae Sung accepte néanmoins le projet pour reconquérir So Hye, son premier amour. Mais il a du pain sur la planche : sa trahison – 10 ans plus tôt – qui est encore fraîche dans la mémoire de la jeune femme. En pleine ascension vers la célébrité, il avait annulé sa participation au drama qu’elle écrivait après lui avoir promis d’y tenir le premier rôle.
Des retrouvailles qui se compliquent lorsque So Hye est diagnostiquée avec un cancer du sein au stade 4…


La fiche

Période de diffusion 2 septembre – 22 octobre 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Romance, Drame, Tranches de vies, Amitié

Casting
Kim Hyun Joo dans le rôle de Lee So Hye
Joo Sang Wook dans le rôle de Ryu Hae Sung
Park Si Yeon dans le rôle de Baek Seol
Ji Soo dans le rôle de Kim Sang Wook
Kim Tae Hoon dans le rôle de Hong Joon Ki


La note

9/10


L’avis

Merci Asiandramas de m’avoir poussée à continuer Fantastic =)

Quelle jolie histoire ! Que c’est fort d’avoir une histoire qui parle du cancer sans s’égarer dans des scénarios aux obstacles abracadabrants et tragiques. Des fois, la simplicité est beaucoup plus touchante. Elle nous fait réaliser que chacune de nos vies peut être une grande histoire d’amour, d’amitié. Peu importe l’argent, la santé ou le statut : ce qui compte est d’avoir des gens sur qui on peut compter.

C’est une morale toute simple. Mais le drama la délivre sans tomber dans le sentimentalisme. J’ai eu le coeur serré mais surtout, qu’est-ce que j’ai ri tout au long de Fantastic ! Les personnages sont tellement attachants.

Je n’ai jamais vu un drama de Kim Hyun Joo (bon apparemment si d’après sa filmographie, elle a joué dans Boys over Flowers, mais pas moyen de me souvenir d’elle ^^). C’est vraiment une femme magnifique. Elle a vraiment réussi à jouer So Hye avec finesse et réalisme. [SPOIL] Les scènes où elle souffre le martyr après l’hospitalisation de Joon Ki m’ont prise au corps. Où la scène où elle avoue à la fin à Hae Sung qu’elle n’en peux plus, qu’elle veut arrêter de prétendre et mourir… [/SPOIL] Elle rend son personnage humain sans en faire des tonnes. Au début, je trouvais So Hye un chouïa froide, ce qui me faisait un peu peur pour la suite. Je ne sais pas quand c’est devenu une évidence que son impassibilité est le seul moyen qu’elle a de se protéger. Le combat qu’elle mène contre le cancer est vraiment bien rendu. Les symptômes arrivent très graduellement, ils ne sont pas surjoués, mais ils sont là (et crédibles. Oui c’est toi que je regarde Uncontrollably Fond !). Elle montre à quel point le plus difficile à combattre, quand le corps nous abandonne, c’est nous-même, nos pensées, notre enthousiasme. Combattre la maladie c’est se faire face et être obligé d’accepter de faire plus confiance aux autres qu’à soi-même.

Et comment faire confiance à Ryu Hae Sung d’entrée de jeu ? Il est tellement puéril. Il l’a déjà trahie … Bon, je vous spoile : il est en fait incroyable ! Joo Sang Wook (Cunning Single Lady) est un acteur avec lequel j’ai toujours eu du mal. J’ai toujours trouvé qu’il en faisait des caisses dans l’exagération dès qu’il faisait de l’humour. Comme quoi, il arrive toujours un drama pour vous faire changer d’avis.

Il était absolument parfait dans le rôle de la star au grand coeur Hae Sung. Hilarant lorsqu’il est incapable de jouer une scène (je ne me lasserai jamais de voir la tête des gens qui le voient jouer haha). Attendrissant lorsqu’il fonce tête baissée conquérir So Hye. J’ai beaucoup aimé qu’il ait une autre forme d’orgueil : être honnête avec lui-même et les autres. [SPOIL] C’est pour cela que lui et So Hye sont fait l’un pour l’autre. Il ne lui donne jamais l’impression d’abandonner quoi que ce soit pour elle. Elle peut oublier la maladie, sa fierté. Il donne l’impression que tout est sans prise de tête.[/SPOIL]

J’ai toujours vu Kim Tae Hun (Bad Guys) dans des rôles de méchants. [SPOIL] Peut-être la raison pour laquelle les hallucinations de So Hye à la fin me glaçaient le sang. [/SPOIL] Il ne m’a fallu qu’une demi seconde pour les oublier. Son interprétation de Hong Joon Ki était solaire. Il rayonnait sur tous les personnage avec sa joie et son optimisme permanent. Je l’ai adoré dès le début en temps que second lead. Mais je l’ai aimé tellement plus lorsque sa bromance avec Hae Sung commence !(!) J’aurais pu troquer toutes les scènes du drama pour des scènes entre ces deux là. C’était eux la vraie histoire d’amour du drama haha. [SPOIL] Tous les passages où il lui explique comment gérer le cancer, leurs nuits en tête à tête à l’hôpital… j’ai ri à en pleurer. [/SPOIL]

J’ai beaucoup aimé que l’amitié soit aussi centrale dans Fantastic. J’ai déjà dis cela dans d’autres articles, mais c’est vraiment rare qu’il y ait une vraie amitié – une belle amitié – entre les personnages. Une amitié qui semble naturelle, solide et pure. Celle entre les filles, Lee So Hye, Baek Seol et Jo Mi Sun est magnifique. Elle m’a fait penser à ces gens que je ne vais pas voir pendant parfois plusieurs années, mais dès que l’on se revoit, c’est comme si on s’était quitté la veille. Leur amitié est comme ça. Plus forte que la séparation et l’absence de coups de fil. Les voir rire comme des gamines à chaque rencontre, se soutenir comme des rocs pendant les coups durs… C’était juste beau.

J’ai apprécié que le cancer ne soit pas le seul moteur de l’histoire. L’histoire de Baek Seol est vraiment prenante. Déjà, j’aime beaucoup l’actrice Park Si Yeon (Nice Guy). Elle est incroyablement belle, c’est fou. J’ai trouvé ça super qu’on nous raconte l’histoire d’une femme maltraité – une femme à la personnalité pourtant forte et que tout le monde imagine capable de se défendre. Ça montre à quel point la maltraitance domestique est beaucoup plus complexe que ce que l’on pense et peut toucher tout le monde.*

Quant à Ji Soo… Il a eu la fille !!! Ça y est ! Enfin !! Je sais, c’est loin d’être le plus grand intérêt du personnage mais prenons une minute pour célébrer ça haha. Même si son histoire a été grandement diminuée après que l’acteur ait été hospitalisé d’urgence, il a quand même réussi à avoir une histoire où il obtient récompense ! On sent que les scènes avec lui sont écourtées pendant la moitié du drama, il est souvent filmé assis ou assez immobile – ou de dos ou de loin. C’est dommage parce qu’au final, j’ai quand même eu la sensation que ça aurait pu être mieux. MAIS il a eu sa noona alors je ne ferais pas la fine bouche haha. Prenez ça, Angry Mom et Sassy Go Go !

Mention spéciale à Oh Chang Suk, le fidèle sidekick de Hae Sung. Leurs combats d’arts martiaux étaient épiques. Et si un jour, je dois mettre au point un signal secret, ce sera « cuckoo » !

[SPOIL] Et puis la fin est géniale. Qu’est-ce que j’ai ri ! Cette infiltration des hommes dans l’avion était tellement prévisible et ce photoshop de l’extrême en dernière image ! Hahahaha ! Parfaitement dans l’esprit du drama. [/SPOIL]

FantastiC (pour cancer), a un parfum de Scent of a Woman mais est en même temps moins tragique et extrême. Il est plus concentré sur le quotidien. Que nos deux héros soient une scénariste qui a le cancer et un acteur célèbre ? Peu importe. A aucun moment on ne nous donne l’impression qu’ils ont un destin extraordinaire. Ils sont deux humains, deux personnes comme n’importe qui d’autre.

Je crois que c’est ce qu’il faut retenir de ce drama. Faire compter chaque jour comme si c’était le dernier. Oublier sa fierté et accepter de faire confiance. Apprécier ce que l’on a quand on l’a. Rire. Aimer. Rire.


En deux lignes

Les + Très humain, optimiste, léger et drôle tout en parlant de sujets graves

Les – L’hospitalisation de Ji Soo qui a diminué sa présence à l’écran  😥


Votre avis ?

Image

Just One Smile Is Very Alluring 微微一笑很倾城

Publié par Asiandramas

L’histoire

Adaptation du roman du même nom écrit par Gu Man (Boss & Me, My Sunshine).

Wei Wei et Xiao Nai sont les deux étudiants les plus populaires de leur université. C’est l’histoire de leur rencontre via un jeu vidéo RPG, à travers lequel ils tombent amoureux, d’abord virtuellement puis dans la réalité.


sans-titre-3

La fiche

Noms alternatifs Love O2O / Weiwei’s Beautiful Smile
Période de diffusion 22 août 2016 – 6 septembre 2016
Episodes 30 (45 min)
Genre Romance, Comédie

Casting
Zheng Shuang as Bei Wei Wei
Yang Yang as Xiao Nai
Mao Xiao Tong as Zhao Er Xi
Bai Yu as Cao Guang


La note

8/10


L’avis

Bonjour les licornes, les arcs-en-ciel, les étoiles filantes, mon cerveau s’est transformé en gros chamallow rose. I’m in love.

D’un point de vue purement objectif, c’est un drama assez « bête », dans le sens où il s’agit d’une simple romance universitaire, ni plus ni moins. Comparé aux précédents romans du même auteur (Boss & Me, My Sunshine), Just One Smile Is Very Alluring pourrait être qualifié de simpliste. Profondeur d’écriture, épaisseur des personnages, leçon de vie ? Passez votre chemin, l’écriture est à des années lumières de ce qu’on pourrait appeler un « scénario à consistance » : les personnages sont tous des profils-types et les enjeux majeurs du drama se limitent à quels seront les prochains ragots du campus ou qui sera la plus jolie de la soirée ^^ Bref, ça ne vole pas haut, en fait ça vole même assez bas.

Mais voilà, mon petit coeur a fondu comme du caramel mou devant l’innocence simpliste de ce drama adorable, qui m’a donné l’impression d’avoir 15 ans et de regarder mon premier drama avec des coeurs à la place des yeux. Que voulez-vous, je suis faible ^^ Si aucun critère, individuellement parlant, n’est spécialement réussi dans ce drama -ni le casting, ni l’écriture des personnages, ni le scénario- le tout forme cependant un ensemble attachant, adorable et, ma foi, ultra addictif.

J’ai surtout complètement craqué pour la partie RPG de l’histoire : j’ai trouvé hyper sympa ce concept du jeu vidéo RPG, avec un monde virtuel dans lequel les personnages interagissent -via des pseudonymes- créant des liens forts d’amitié, d’amour et de rivalité qui les unissent sans même se connaître dans la réalité. En tant que bloggeuse, c’est une sensation familière et j’ai trouvé ça génial que le drama mette cet aspect en lumière. J’ai eu un vrai faible pour toutes les scènes du jeu vidéo, avec les décors virtuels, les costumes, les combats : c’est kitsch, mais adorablement kitsch ^^ et vraiment joli visuellement.

Du côté des personnages, le drama ne verse pas dans l’originalité : des personnages à profils-types -de l’héroïne pétillante au beau gosse imperturbable- qui, à défaut d’avoir de l’épaisseur dans leur écriture, sont tous ultra attachants (et surtout : explosion d’eye-candy à en devenir aveugle).

J’ai adoré l’héroïne Wei Wei. J’ai beaucoup aimé le fait que -chose rare- ce ne soit pas une énième romance entre une « fille banale » et le « garçon extraordinaire », et que justement, Wei Wei, de par sa popularité au sein de l’université, soit la version féminine du héros et ait tout le répondant et l’assurance qui vont avec. Quelle satisfaction quand elle remet les gens à leur place ^^ Zheng Shuang n’est pas une actrice extraordinaire mais suffisamment attachante, et qu’est-ce qu’elle est jolie !

Xiao Nai… Ah, Xiao Nai Yang Yang rejoint le cercle des acteurs les plus figés de toute l’histoire du drama (comparable à Kim Hyun Joong… imaginez un peu). Le personnage est écrit comme ça -dans le style froid et imperturbable- mais l’acteur est quand même particulièrement figé (profitez des quelques sourires qu’il lâche car vous n’en verrez pas beaucoup). Mais puisque je suis une faible créature, j’étais comme une petite folle à guetter ses moindres petites expressions faciales. Qu’est-ce qu’il est beau ! J’ai passé les 30 épisodes à le fixer jusqu’à faire des trous dans mon écran. Et j’ai bien aimé que finalement, malgré tout le stéréotype de son personnage, ses actions cassent les clichés : il n’a d’yeux que pour Wei Wei et c’est plutôt lui qui lui court après pendant tout le drama -à sa façon ^^

Et parce que c’est drôle et que c’est une proie facile, passez votre souris sur les photos pour connaître toutes les humeurs de Xiao Nai :

Mouahaha. Et plus sérieusement, la romance était adorable. Le genre de romance tellement mignonne qui m’a donné l’impression d’avoir 15 ans et de kyatter comme une petite folle à chaque eye-contact. En plus ça se regarde très facilement, le drama ne se fatigue même pas à créer des obstacles ou des difficultés : tout coule de source, tout est joli et mignon, du fan-service en veux-tu en voilà.

J’ai bien aimé aussi le côté friendship du drama. Le héros comme l’héroïne ont respectivement leur bande de 4 fantastiques, qui restent très très secondaires par rapport à au couple principal, mais qui apportent tous leur lot d’humour et de bonne humeur à cette histoire.

Que rajouter de plus ? Just One Smile Is Very Alluring est donc un drama parfaitement inoffensif : il ne changera pas votre vision du monde mais sait quand même se rendre drôlement addictif le temps de ses 30 épisodes. Le genre de plaisir coupable que l’on aime savourer une fois de temps en temps -mais pas trop quand même.

Je recommande chaudement si :

  • vous aimez les jolis garçons (parce qu’il y en a plein plein plein) ;
  • le candy ne vous tue pas (parce que c’est quand même sacrément sweet) ;
  • les boissons multicolores RIO vous avaient manqué (cf. ci-dessous).

20160819051137561


En deux lignes

Les + La romance adorable, la dimension RPG, l’addiction +++

Les – L’acteur principal trop figé et le scénario simpliste


Votre avis ?

Image

Les Rattrapages – Cheese In The Trap / Oh My Venus / Love Me If You Dare / Misaeng

Publié par Asiandramas

Beaucoup l’auront remarqué, j’ai été quasi-inexistante dans la dramasphère ces derniers temps, faute d’un rythme de vie assez soutenu qui me laisse peu de temps pour visionner des dramas, et ne parlons même pas d’écrire des articles ^^

J’ai quand même très envie de vous parler des quelques dramas que j’ai eu l’occasion de voir et qui, pour la plupart, m’ont rappelé pourquoi 10 ans plus tard, ma passion pour les dramas n’a jamais faibli ^^


Cheese in the Trap (2016)

7,5/10

Cheese In The Trap est inégal. A la fois certains épisodes pouvaient me rendre folle de passion et d’addiction tandis que d’autres épisodes me laissaient partagée. Sans parler de cette fin, complètement bâclée, qui vient faire tâche sur un drama pourtant extrêmement intelligent et original et qui aurait pu être un bijou.

Je crois que la principale chose qui m’ait dérangée dans ce drama, c’est la quantité de choses « malsaines » du scénario : à la fois dans les personnages, à la fois dans les intrigues, il y a un bon nombre de choses qui m’ont mise mal à l’aise. A commencer par le héros Yoo Jung : on a quand même, en guise de héros, un parfait psychopathe. C’est aussi ce qui fait que la fin est un fiasco : l’incapacité du scénario à expliquer et à creuser cette partie de sa personnalité, pour permettre aux spectateurs de le pardonner -ou au moins de le comprendre.

Et laissant la partie Yoo Jung de côté, je suis également mal à l’aise sur les intrigues : entre l’autre illuminé Oh Young Gon, l’introvertie tarée Son Min Soo… Le drama donne un ton se rapprochant de la rom-com mais il ne se passe que des choses relativement pesantes. C’est peut-être aussi pour ça que Baek In Ho, le second lead, est devenu pour moi le rayon de soleil du drama au milieu d’un tas de nuages grondants.

J’ai beau pointer les choses négatives, je tiens à insister sur le fait que j’ai trouvé ce drama formidable. Si l’on met de côté les intrigues un peu malsaines, j’ai trouvé les personnages et le scénario d’une intelligence rare, qui fait que les personnages ont toujours des réactions d’un bon sens surprenant : qu’est-ce que ça fait du bien ! La romance m’a également rendue addict ^^ Non seulement Yoo Jung mais aussi le second lead In Ho, difficile de trancher entre les deux tellement ils sont formidables, chacun dans leur genre.

Les épisodes s’enfilent sans voir le temps passer -j’ai enchaîné le drama dans une période particulièrement chargée, ce qui est quand même très parlant ^^- et malgré les parties de scénario qui m’ont moins plu, je n’ai jamais senti de creux et je n’ai jamais été déçue -sauf la fin évidemment.

Bref, Cheese In The Trap est donc une belle découverte. Dommage pour la fin bâclée, dommage pour les choses qui restent en suspend et qui, si elles avaient été traitées de la même façon que le reste, auraient pu faire du drama une réussite complète. Néanmoins, le casting formidable (coup de coeur pour l’actrice principale Kim Go Eun) ainsi que l’intelligence de l’écriture font que le drama n’est peut-être pas un incontournable, mais en tout cas un must-see !


Oh My Venus (2015)

1449217096_5HLD

7/10

Oh My Venus est une comédie romantique très classique. Classique oui, mais qui ne l’empêche pas d’être une bouffée d’air frais, d’humour, de bonne humeur et d’eye-candy qui fait qu’on en ressort, certes pas transcendé parce que c’est loin d’être un drama inoubliable, mais en tout cas satisfait, et c’est tout ce qu’on peut demander d’une bonne comédie romantique.

Premier atout : son casting. Shin Min Ah est, comme d’habitude, belle à ravir et juste adorable ❤ Tandis que So Ji Sub est à s’en décrocher la mâchoire. Un couple principal partageant une alchimie folle sur laquelle le drama ne lésine pas.

Second atout non-négligeable : la simplicité du scénario. Oh My Venus est une rom-com, et dieu merci, son scénario ne va jamais chercher plus loin que le devrait une rom-com. Ce qui permet au drama de rester léger, simple, pas prise de tête et c’est tout ce qu’on lui demande. Conclusion : pas de noble idiotie, pas de malentendus, pas de conflits inutiles ni les complications qui vont avec.

En somme, si Oh My Venus est loin d’être un drama qui sort du lot, il a néanmoins tous les ingrédients essentiels à une comédie romantique pour faire passer un bon moment. Et notamment un casting extrêmement sexy ^^


Love Me, If You Dare (2015)

9/10

Waouh. Un sacré drama que Love Me, If You Dare qui m’a tenue scotchée à mon écran le long de ses 24 épisodes. Je me suis enfilée le drama en 3 jours et autant, ça m’arrive d’être addict à des dramas pas forcément incroyables, mais là c’est du grandiose.

Love Me, If You Dare est un excellent thriller / drama policier, tout en offrant une romance aussi belle qu’elle est subtile, drôle et mature. Et le drama offre surtout des personnages absolument géniaux. Je suis en extase devant Jin Yan, le héros, non seulement parce que Wallace Huo est à s’en décrocher la mâchoire, mais surtout parce qu’il porte son personnage de manière grandiose. J’adore sa froideur, son snobisme complètement assumé qui rendent son personnage à la fois impénétrable pour ses ennemis mais aussi tellement drôle et attachant d’un point de vue relationnel.

J’ai eu également un vrai coup de coeur pour l’héroïne Jian Yao -elle m’a faite réaliser que, même maintenant, les héroïnes aussi intelligentes et débrouillardes restent malheureusement rares à Dramaland. Le couple principal marche à merveille et la romance fait des étincelles.

Côté intrigue, ce drama est passionnant : je me suis complètement prise au jeu à démêler tous les noeuds aux côtés des personnages. Dommage que la fin soit très rapidement expédiée -je ne suis même pas sûre d’avoir réellement compris le pourquoi du comment- mais la scène finale est tellement intrigante qu’elle m’en a fait oublier ma légère déception.

En somme, jetez-vous sur Love Me, If You Dare, qui est sans conteste un petit bijou dans son genre. Une réalisation impeccable (cet séquence d’opening : waouh !), des personnages excellents et une intrigue passionnante -malgré la précipitation de la fin. Un must-see.


Misaeng (2014)

377001

10/10

Bientôt deux ans que Nikilann me poursuit sans relâche pour que je regarde Misaeng… Et je comprends enfin pourquoi. Tellement splendide, tellement grandiose. Tellement proche de la vie qu’on en oublie que c’est un drama, non c’est même bien plus que ça. Misaeng est un parcours d’apprentissage de la vie, du travail, des valeurs, une aventure tellement ancrée dans la réalité que j’ai presque du mal à appeler Misaeng un « drama » parce que cette appellation lui impose un cadre qu’il dépasse largement.

De la subtilité des personnages à l’intelligence du scénario, tout est mené d’une main de maître. Misaeng, au fil de ses épisodes, arrive de façon toute naturelle à s’ancrer dans la vie des spectateurs, à nous donner l’impression d’avoir vécu avec ces personnages depuis des années. La justesse du scénario est également impressionnante, d’autant plus rare que les dramas qui ont pour thème le monde du travail sont en général bourrés de clichés, autant sur les « profils-types » que sur les rivalités entre collègues. Et Misaeng réussit, avec une simplicité déconcertante, à dépeindre le monde du travail tel qu’il l’est : sans jamais abuser sur les clichés, sans en faire des tonnes pour montrer qu’il y a du blanc et du noir chez toutes les personnes et toutes les situations.

Misaeng est donc une de ces pépites qui ne voient le jour que trop rarement. Je ne développerai pas plus ici, le superbe article de Nikilann le fait suffisamment bien ^^

Image

One More Happy Ending 한 번 더 해피엔딩

Publié par Nikilann
relu et corrigé par Maaki

L’histoire

Le divorce d’Han Mi Mo (Jang Na Ra) ne l’a peut être pas rendue heureuse en amour, mais il lui a permis de réussir. Jeune, la trentenaire faisait partie des Angels, un girl-band très populaire. Désormais, elle tient une agence de rencontre pour divorcés avec une des anciennes idoles du groupes. Mais est-ce qu’avoir échoué une fois en amour signifie que l’on n’aura pas de seconde chance ? Parce que cette nouvelle opportunité pourrait bien se trouver sur le pallier d’en face, s’appeler Song Soo Hyuk (Jung Kyung Ho), être un paparazzi papa célibataire depuis plus de 10 ans et accessoirement le roméo qui avait refusé de l’embrasser dans la pièce de théâtre de leur école…


opil.jpg

La fiche


Période de diffusion
20 janvier 2016 – 10 mars 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Romance, Comédie

Casting
Jang Na Ra as Han Mi Mo
Jung Kyung Ho as Song Soo Hyuk
Kwon Yool as Goo Hae Joon


La note

8,5/10


L’avis

One More Happy Ending était vraiment fantastique. Bon, comme d’habitude, Jung Kyung Ho ❤ Mais au delà de mon amour infini pour lui, cette rom com a réussi à m’embarquer dès le premier épisode. On a malheureusement eu un creux aux épisodes 11, 12, 14 et 15, mais c’est du creux minime. Il frustre un peu parce que tout le reste est tellement parfait qu’on trouve dommage de passer du temps sur des points de scénario par forcément utiles ou un peu longuets.

J’ai regardé One More Happy Ending pour le couple principal. Jung Kyung Ho est mon acteur masculin préféré et Jang Na Ra est une de mes actrices – sinon mon actrice – préférée de dramas. Savoir qu’ils étaient ensemble a fait monter mes attentes à un tel point que j’avais vraiment très peur d’être déçue.

Sur tous les plans, le drama m’a surprise. Il a su être drôle, touchant, triste, profond et philosophique. Que ce soit à travers l’histoire du couple principal ou celle des couples secondaires, toutes les romances m’ont passionnées. J’ai rarement vu un drama aussi humain. On ne montre toujours pas le sexe, mais on en parle (on prend le progrès où on le trouve, hein). On parle maladie sans tomber dans le pathos. On parle difficulté d’avoir des enfants. On parle remariage et divorce avec une subtilité rafraîchissante. Bref, c’est du plaisir à l’état pur tout du long (encore une fois, malgré les quelques essoufflements). Quand à la fin, elle est par-fai-te – chose qui vaut la peine d’être soulignée. Il est extrêmement rare qu’une fin de comédie romantique soit mémorable. On sait ce qu’il va se passer : nos deux héros finissent ensemble, se retrouvent après un an de séparation, défient les lois de l’espace et du temps et se retrouvent malgré tout. On finit toujours avec deux personnes qui se sourient, s’embrassent, s’enlacent, se croisent…

Celle de One More Happy Ending m’a juste rendue joyeuse. L’essoufflement du drama sur les derniers épisodes s’est envolé et je suis immédiatement venue écrire l’article pour ne pas laisser cette joie me filer entre les doigts. Encore une fois, on est loin de la perfection, mais la fin laisse un beau souvenir qui efface beaucoup des petites déceptions.

A vrai dire, la dernière partie de drama n’est pas mauvaise. J’avais juste des attentes tellement hautes pour le drama que j’ai trouvé dommage qu’encore une fois on s’arrête sur des problèmes qui n’ont pas lieu d’être – surtout lorsque les deux premiers tiers du dramas avaient réussis à éviter les écueils. [SPOIL] La force du drama est de traiter des problèmes très communs. Des problèmes de la vie de tous les jours et de n’importe qui à travers plein d’hommes et de femmes. Alors pourquoi soudainement faire deux épisodes sur la possibilité que l’ex-mari de Mi Mo épouse la soeur de Soo Hyuk ? J’ai beaucoup aimé la manière dont se conclut cette péripétie, mais j’ai trouvé extrêmement dommage qu’on perde autant de temps dessus. On avait, certes, de bonnes fin d’épisodes pleines de suspens, mais ça sentait aussi le manque d’inspiration côté scénariste… [/SPOIL]

Cela dit, alors que je pensais me lancer dans un drama uniquement supporté par le casting, j’ai été surprise d’y trouver une très belle écriture des personnages. C’était un plaisir de voir de bons personnages bien joués par de bons acteurs. Personne n’était mauvais. C’est tout bonnement du quasi jamais vu haha.

Jang Na Ra a, comme d’habitude, été sensationnelle. Dans le rôle d’Han Mi Mo, elle est encore plus humaine qu’à l’accoutumée. Là où elle se retrouve toujours dans des situations impossibles ou improbables dans ses autres dramas, elle jouait ici le simple rôle d’une divorcée dont l’agence matrimoniale (pour divorcés) marche comme sur des roulettes. Un rôle tout bête qu’elle a réussi à rendre attachant en quelques secondes d’écran. La magie Jang Na Ra : elle est toute petite et toute frêle, pourtant elle dégage une force dingue. La présence qu’elle peut avoir à l’écran m’impressionne toujours. Quant au caractère de son personnage… Han Mi Mo est une sacrée femme. Fonceuse. Impulsive. Elle a le sang très chaud. Elle est honnête et passe son temps à imaginer n’importe quoi (comme nous tou(te)s). Bref, elle est tellement normale que ça en est presque bizarre de se rappeler qu’on regarde un drama.

J’ai parlé de Jang Na Ra avant Jung Kyung Ho parce que je l’ai trouvé un peu meilleure que lui dans le drama. Probablement parce que son personnage était plus profond et qu’elle était clairement l’héroïne. MAIS (et je le met en majuscule parce qu’il le mérite) Jung Kyung Ho était géniaaal dans le rôle de Song Soo Hyuk. Les premiers épisodes m’ont fait rire aux larmes. [SPOIL] Le fantasme des costumes d’animaux, mon dieu. [/SPOIL]

O8bVlVz
Et puis regardez-moi ce petit couple haha

Certaines scènes m’ont ensuite tordu le cœur (parce que même si ça m’énervait que le drama tombe dans les travers classiques du genre, Jung Kyung Ho arrive toujours à parfaitement trouver le moyen de me faire fondre). Ses grimaces, ses intonations, son intensité, sa simplicité, tout m’avait tellement manqué depuis Falling For Innocence. Encore une fois, il a réussi à me faire oublier tous ses rôles précédents et à le voir dans une nouvelle peau. C’est un génie.Il était tellement fragile en père veuf un peu perdu et beaucoup en manque (plus de 10 ans de célibat mesdames et messieurs).

Le seul soucis que j’ai eu avec ce drama est le personnage de Goo Hae Joon. Encore que plus que le personnage, c’est l’acteur qui m’a dérangée. Kwon Yool n’a pas un visage super expressif. Du coup, le prendre pour jouer un personnage très intérieur n’était peut-être pas le meilleur plan… Dès qu’il s’énervait ou qu’il faisait quelque chose, ça allait: Kwon Yool s’exprime bien avec son corps. Mais du coup, lorsque c’est dans le visage qu’il fallait de l’émotion (c’est à dire les 3/4 du temps dans le cas de Hae Joon), il y avait clairement un problème. L’autre souci, c’est que, plus que sa relation avec Mi Mo, c’est sa relation avec Yeon Soo (Hwang Sun Hee) que j’ai trouvé beaucoup plus intéressante. Encore une fois, j’avais probablement des attentes trop hautes. Sa relation avec Mi Mo était bien amenée et leur histoire est bien écrite. [SPOIL] On sent assez vite où sont les dysfonctionnements. On comprend comment pense Hae Joon, comment pense Mi Mo. Et on comprend vite qu’ils veulent que ça fonctionne, mais leur deux caractères ne sont juste pas compatibles à long terme. Mi Mo suranalyse tout, elle a besoin d’assurance, de quelqu’un qui lui dit les choses (donc Soo Hyuk). Hae Joon aime bien s’amuser à faire tourner les gens en bourrique – il a un humour assez particulier. Du coup, ça ne marche pas. J’ai trouvé très dommage les épisodes de la rupture à cause de ça. Il n’y avait pas besoin de tomber dans le dramatique ou les larmes. C’est à partir de là que j’ai commencé à me retrouver devant un drama plus traditionnel et c’est vraiment dommage quoi. [/SPOIL]

Mais ce drama était loin d’être l’histoire d’un seul couple !

L’histoire qui m’a le plus touchée probablement, c’est celle de Baek Da Jung (Yoo Da Hin) et Kim Gun Hak (Kim Tae Hoon). Dans les premiers épisodes, je la trouvais assez froide. Mais très vite, ils ont réussi à la rendre humaine. Je n’ai pas toujours compris les choix des deux personnages, ni compris comment, exactement, les choses avaient pu autant mal tourner. Je n’ai aussi pas toujours compris la manière dont leur intrigue avance. Mais j’avais beau ne pas tout comprendre, ils m’ont touchée plus que tous les autres réunis. Je trouve que c’est très fort : dans la vie, on croise des tas de gens qu’on ne comprend pas et réussir à retranscrire ça à l’écran avec autant de talent, c’est une belle réussite.

Hong Ae Ran (Seo In Young) et Bang Dong Bae (Park Eun Seok) m’ont eux beaucoup fait rire. J’adorais la manière dont chaque scène arrivait à me surprendre plus que la précédente. Je crois que le côté drôle et détaché des personnages – c’était leur caractère – faisait que je ne pouvait pas m’identifier à eux. Mais ce n’est pas parce qu’ils m’ont moins profondément touchée que les autres qu’ils n’en étaient pas pour autant réalistes.

Yoo In Ah ne me déçoit jamais. Quelle fraîcheur dans le rôle de Go Dong Mi ! Institutrice, elle court après l’amour avec ses cheveux dans tous les sens et ses grosses lunettes. Elle est hilarante. Toutes les scènes avec les enfants m’ont fait tellement tellement tellement tellement (tellement !) rire. Quant à son évolution personnelle, c’était beau et satisfaisant. J’ai adoré.

1092743v_720p_1601290739-mp4_20160204_181352-353

Mais au coeur de cette histoire, autant que l’amour, c’était l’amitié la star de One More Happy Ending. Les quatre héroïnes étaient toujours là les unes pour les autres. Elles se voient parfois toutes les quatre, parfois à deux. On sent qu’elles sont toutes très proches mais qu’à certains moment de leurs vies elles sont logiquement plus proches avec juste une des filles du groupe. [SPOIL] Les scènes entre Ae Ran et Da Jeong lorsqu’Ae Ran croit qu’elle est enceinte étaient très belles. [/SPOIL]

Pareil, l’amitié entre les héros masculins valait le détour. Que ce soit la bromance entre Soo Hyuk et Hae Joon qui connaît des hauts et des bas [SPOIL] La scène du fight dans la piscine à bulle hahaha [/SPOIL] ou la bromance beaucoup trop mignonne et drôle entre Soo Hyuk et Yun Ki (le photoreporter), j’ai fondu.

En plus, la musique est stylée. Entre le « Loving You » des Angels qui revient tout au long du drama –  cette chanson haha. A chaque fois je les vois avec leurs ailes d’anges – et l’excellente « If » d’Elsa Kopf…

Screen-Shot-2016-01-21-at-6.44.22-pm

Une mention spéciale pour les tas de caméos du dramas. Kim So Yeon est d’ailleurs un tel caméo (elle ouvre le drama) que j’ai cru que je m’étais trompée et qu’en fait, je m’étais retrouvée dans une sorte d’univers parallèle de Falling for Innocence. Quant au caméo de Conan O’Brien, c’était n’importe quoi, mais qu’est-ce que j’ai ri. Je suivais sa visite en Corée sur twitter, mais alors ça c’était juste la cerise sur le gâteau !

Un peu dans l’esprit des I Need Romance, One More Hapy Ending est un drama qui se veut adulte et réaliste sur la vie de couple et il s’en sort plutôt très bien. J’ai ri. J’ai été touchée. Et lorsque j’ai fini le drama, j’avais le sourire. Je suis triste d’avoir quitté tout ce beau monde, mais One More Happy Ending m’a laissée sans arrière-goût amer. Je garderais un super souvenir de cette aventure au casting stellaire. Foncez si vous voulez vous détendre, ça vaut vraiment le coup.

Et pour finir, comme le veut la tradition, Jung Kyung Ho ❤ ❤

tumblr_o22qh0dgJ01v5pgpgo2_1280


En deux lignes

Les + Jung Kyung Ho, le casting et la toute fin

Les – Le coup de mou des derniers épisodes


Votre avis ?

Image

Because It’s the First Time 처음이라서

Publié par Nikilann
relu et corrigé par Han Ga In

L’histoire

Yoon Tae Ho ne sait pas quoi faire de sa vie. Il est riche. Il a des amis qu’il aime. Mais il n’a pas de rêve. Il n’est pas amoureux. Du moins, c’est ce dont il se persuade… Sa meilleure amie, Han Song Yi a tout perdu à la mort de son père. Une vie aisée, une famille stable… Mais elle y a gagné Yoon Tae Ho, un ami sur lequel elle peut toujours compter. Quant à l’amour… elle a toujours rêvé du meilleur ami de Tae Ho, Ji Ahn. Avec un père irresponsable qui s’endette à n’en plus finir, Seo Ji Ahn est trop sérieux pour son âge. Il cumule les petits jobs pour joindre les deux bouts. Lorsque l’on est déjà endetté à 20 ans, a-t-on le temps d’aimer ?
Because it’s the First Time raconte leur histoire. Celle d’une amitié indéfectible et de premiers amours.


La fiche

Because_It's_The_First_Time-p1

Période de diffusion : 7 octobre – 25 novembre 2015
Episodes : 8 (50 min)
Genre : Romance, Amitié, Comédie, Drame

Casting :
Min Ho as Yoon Tae Ho
Park So Dam as Han Song Yi
Kim Min Jae as Seo Ji Ahn
Jeong Eugene as Ryo Se Hyun
Lee Yi Kyung as Choi Hoon
Cho Hye Jung as Ho Ga Rin


La note

9/10


L’avis

Quelle adorable surprise ! Je ne pensais pas du tout regarder Because it’s the First Time. Entre le casting (qui je le pensais, laissait à déplorer) et le résumé plus que banal, le drama n’avait que ses petites bandes-annonces pour donner envie.
Et puis les éloges ont commencé à affluer dans la tagboard pour ce mini-drama de 8 épisodes.

Et bien c’était du bonheur en bouteille. L’histoire est sans prétention, légère. Les personnages nous embarquent avec eux. On n’a pas l’impression d’être dans un drama (et c’est bien rare à Dramaland, surtout lorsque le casting aligne autant d’idoles). On a l’impression d’être dans la vraie vie. Avec des vrais gens. Qui ont des émotions qu’ils ne contrôlent pas. Qui ont des coups de gueules. Où tout n’est pas tout noir ou tout blanc. Où tout est compliqué tout en étant très simple.

Il n’y a pas de caricatures, ni de rebondissements prévisibles dans le scénario. Les retournements de situation sont amenés avec brio : sans qu’on les attende. (Encore une fois… rare à Dramaland ^^) Et bon sang, la fin, je ne l’avais pas vue venir.

En somme, Because it’s the First Time est un drama qui vaut le détour et si vous n’êtes pas encore convaincus, laissez-moi vous parler du casting.

p1a03l9vmk2erhni1alh600vnm2

Je connaissais Min Ho, l’idole du groupe très connu des SHINee. Et pour cause, je l’avais vu dans To The Beautiful You. En gros, j’en avais pensé qu’il ne s’en sortait pas trop mal quand il était tout seul. En revanche dès qu’il était face à ses partenaires de jeu et notamment sa dulcinée (c’est à dire… souvent), c’était la ****** de catastrophe. Et bien il s’avère qu’en fait, tout ça, c’était la faute de Choi Seol Ri, l’actrice qui jouait avec lui dans le drama. Bon, elle ne sait pas jouer, ce n’est pas une nouvelle. Mais elle joue tellement mal qu’elle est capable de pousser un autre acteur à jouer aussi mal qu’elle ! Non pas que Min Ho soit l’acteur de l’année mais il est loin d’être aussi mauvais que j’avais pu le penser !

Il est même plutôt mignon dans le rôle de Tae Ho. J’ai beaucoup aimé ce garçon qui se sent coupable d’être riche, de ne pas avoir de rêves, de ne pas être fou d’amour. [SPOIL] D’ailleurs mention spéciale à ce caméo de Yoona complètement décomplexé. Hahaha [/SPOIL] Tae Ho rêve de ressentir quelque chose de fort, rêve d’être transporté. Mais il n’y arrive pas. C’est une quête qui peut sembler presque sans importance à côté des problèmes plus graves des autres personnages. Et pourtant… c’est le personnage avec lequel je me suis identifiée le plus facilement. Probablement parce que tout va bien dans ma vie et lorsque je peux voir des gens qui vont mal, j’ai ce petit moment d’égoïsme où je me sens coupable d’aller mieux qu’eux. C’est très humain, cette quête de but. C’est d’ailleurs pour cela que je n’en ai que plus aimé la fin.

Cela ne fait pas longtemps que Park So Dam est sous la lumière des projecteurs. En tout cas, 2015 était son année. Avec tous les projets qu’elle a pu faire et les quelques prix qu’elle a obtenus, elle est l’actrice en vogue. Je l’ai trouvée très bien, très juste. Dans une grande simplicité, elle arrive à faire comprendre Song Yi même dans les moments les moins clairs. [SPOIL] Pas un seul moment je ne me suis dit qu’elle était amoureuse de Tae Ho. Pas un moment. Elle joue très bien la différence entre amitié et amour. Et mine de rien, ça n’est pas si simple quand une amitié aussi fusionnelle est montrée à l’écran. [/SPOIL] Je n’avais aucun mal à l’imaginer comme la « fille de la porte d’à-côté ». Elle incarnait Song Yi sans complexes. Encore une fois : avec simplicité.

mug_obj_143883139192192406

L’autre élément du casting qui me faisait peur était Kim Min Jae (le 4e en partant de la gauche). Après avoir jeté un coup d’oeil à sa filmographie complète, je réalise que j’ai vu tous ses dramas. Persevere, Goo Hae Ra, dans lequel il jouait un immonde petit abruti. The Producers, où il jouait un caméo complètement oubliable. Twenty Again, où il jouait le fils un peu relou – mais pas tant que ça en fait – de notre adorable héroïne. Bref, des rôles qui n’étaient ni éclatants ni particulièrement flatteurs pour lui. J’ai toujours eu la sensation qu’il était bloqué dans une image d’idole – au point que j’ai toujours été persuadée qu’il était membre d’un boys band alors que non, c’est juste un acteur.

Ce n’est plus le cas dans Because it’s the first Time. Ji Ahn est un personnage vraiment très intéressant. Il a deux-trois scènes très marquantes que j’ai adorées. [SPOIL] La scène où il pleure notamment. Cet abandon à la vue de tous… cela montrait à quel point il leur faisait confiance. Et avait perdu tout contrôle de lui-même. [/SPOIL] J’ai juste regretté qu’il soit autant au second plan. C’est un peu bizarre de dire ça pour un personnage principal. Mais c’est vraiment la sensation que j’ai eue. Il était moins développé que les autres. Peut-être parce qu’il fallait moins de temps pour le comprendre. Ses conflits intérieurs étaient simples. Il a l’une des histoires les plus compliquées, mais elle est aussi celle dont nous sommes le plus familiers, nous fervents adorateurs de dramas. Du coup… autant se concentrer sur les autres. C’était loin d’être un mauvais choix.

2015100218075485057-540x675 (1).jpg

J’ai adoré Hoon (Lee Yi Kyung) et Ga In (Cho Hye Jung). Difficile de les dissocier. Comme le dit Tae Ho, « ils vont par paire ». Leur amitié est touchante. Leur soutien inconditionnel l’un envers l’autre aussi. Bizarrement, alors qu’elles sont les moins développées, ce sont eux qui ont les histoires les plus tristes. Mais aussi les plus touchantes. [SPOIL] L’histoire de la « folie » de Ga In, l’histoire de Hoon qui n’arrive pas à se faire accepter de ses parents. Et puis l’amour de Hoon qui n’est pas retourné – pire, ignoré de Ga In. Ou l’amour sans espoir de Ga In pour Tae Ho. [/SPOIL] Je ne m’attendais pas à autant les apprécier, j’avais l’impression qu’ils étaient en recul par rapport au trio principal. Mais même avec moins de scènes, ils parviennent à transmettre tout autant d’émotions.

Ceci dit, la vraie histoire de ce drama, ce ne sont pas les romances. C’est l’amitié. L’amitié absolument infaillible entre ces cinq jeunes, un peu perdus, qui n’arrivent pas à trouver leur place dans le monde. Ils n’ont pas de place dans leur famille. Pas de place dans le monde du travail. Ils sont entre-deux. Ils se cherchent. Et comme tous les jeunes à vingt ans, ils ont l’impression de n’avoir que leurs amis sur qui compter.
C’est beau. Et comme concernant toutes les dimensions de ce drama, on éprouve des sentiments à la fois extrêmement simples et extrêmement complexes

f1308822752493656970

Le dernier personnage vraiment intéressant était Ryo Se Hyun (tout à gauche), jouée par Jeong Eugene. Je ne savais pas à quoi m’attendre de son personnage. Ni d’elle en tant qu’actrice. Elle est loin d’être extraordinaire, mais j’ai l’impression que dans ce drama, tout était tellement bien écrit, rythmé et court, qu’au final, être un acteur moyen était largement suffisant. J’ai adoré son réalisme et la relation qu’elle noue avec Tae Ho. [SPOIL] Leur scène finale est parfaite. [/SPOIL] Surtout la scène du téléphone, où Tae Ho explique ce que devrait être un premier amour. Je crois que c’est la première fois que j’entends une définition que je trouve juste de ce qu’est justement le premier amour. Un amour qui nous fait faire des choses pour la première fois. Nous fait devenir quelqu’un d’autre, parfois. Nous fait pleurer.

C’est peut-être un peu simplet, mais j’ai trouvé ça très réaliste. Parce que contrairement à ce qu’essaye toujours de nous faire croire Dramaland : un premier amour, c’est un amour révolu. Sans quoi ce n’est pas un premier amour.

Bref, j’espère que vous êtes convaincus. Un mini-drama à voir. C’est léger mais profond. C’est poétique mais réaliste. C’est enfantin mais adulte. J’ai tellement adoré ce groupe de cinq amis qui, une fois n’est pas coutume à Dramaland, passe son temps à se réunir sur le toit-terrasse du héros. Et oui ! Il faut croire que c’est le meilleur lieu pour filmer vu le nombre de personnages de dramas qui vivent sur les toits.

Enfin, pour finir et parce qu’il le vaut bien… Juung Kyung Hoooooo

Jung Kyung Ho
Et Yoon Hyun Min qui se marre derrière haha

En deux lignes

Les + L’histoire et la sensibilité de l’écriture

Les – Des acteurs peut-être un chouïa inexpérimentés


Votre avis ?

 

Image

Les Rattrapages – Twenty Again et Yong Pal

Publié par Nikilann
relu et corrigé par Maaki
Hello tout le monde !
A nouveau blog… nouveaux rattrapages (et il va y en avoir un tas parce que la liste des dramas en retard est plus longue que mon bras ! C’est le problème quand Cowblog vous lâche et que la vraie vie commence à prendre tout votre temps…)
Mais je n’abandonne pas.
Sur ces mots, voici deux dramas qui m’ont marquée : le premier parce que je n’en attendais rien et qu’il m’a donné beaucoup, le second parce que j’en attendais tout, qu’il m’a tout promis… et qu’il a tout planté.

Twenty Again : 9/10
Yong Pal : 5/10


subkcgu

 Twenty Again 두번째 스무살

Je crois que je n’ai jamais vu un drama au scénario si épuré. Il ne se passe rien de spécial dans Twenty Again. Il n’y a pas de secret de naissance, de parentés tragiques. Il n’y a pas de parents infernaux, de gamins ingrats. Il n’y rien d’autre que cette femme, Ha No Ra, qui se redécouvre et réapprend à s’aimer. Ce drama, c’est sa vie. Et… c’est tout.

Il ne se passe rien dans Twenty Again, pourtant, ce drama est passionnant. Voire addictif passé l’épisode 8 ! Je ne me suis jamais ennuyée une seconde. L’émotion coule de source. Je voulais juste voir Ha No Ra faire des choix, s’affirmer. Je voulais juste la voir faire face à la société et se battre contre les idées préconçues. Je voulais la voir blâmer les bonnes personnes (dieu sait que ça n’arrive jamais dans les dramas !). Je voulais voir Cha Hyun Seok et ses petites fossettes dès qu’il la regarde. Son attitude de gamin. Mieux, leur attitude de gamins.
Ils sont a-do-ra-bles. Ils sont stupides et pré-pubères lorsqu’ils sont ensemble, c’est dingue. Ils sont trop mignons quand ils se disputent.

screen-shot-2015-09-13-at-1-29-59-am

Voir Ha No Ra (jouée par Choi Ji Woo) avancer dans son périple au fur et à mesure des épisodes est profondément gratifiant. Je pense que c’est la force d’identification de ce drama qui le rend si prenant. Il a beau parler d’une femme qui a 38 ans, il s’adresse aux plus jeunes comme aux plus âgés. J’avais envie de ne pas perdre une seconde de ma vie en regardant le drama. J’avais envie de vivre mes rêves. Vivre pour ce qui est important pour moi.

Twenty again parle de se découvrir soi-même, de vivre pour soi-même avec une sensibilité tellement rare que la recette fonctionne. Ha No Ra irradie si fort qu’elle inspire tous ceux qui l’entourent (spectateur compris). [SPOIL] Que ce soit en amour ou en travail : Min Soo qui se libère de l’influence écrasante de son père, Go Soon Nam fonce professionnellement et en amour (héhé, j’étais trop contente. J’espérais que ça arriverait depuis le début. C’était évident qu’ils s’entendaient trop bien tous les deux.) Quand à Cha Hyun Seok, elle ne l’a pas inspiré lorsqu’elle avait 38 ans mais lorsqu’elle en avait 18. Au point que ça vie personnelle reste terne pendant 20 ans avant qu’il la retrouve ^^. Badass. [/SPOIL]

Quant à Cha Hyun Seok… que dire sinon que j’en veux un pour Noël ? ^^ Moi qui ai toujours été très indifférente à Lee Sang Yoon, dans ce drama, clairement, j’ai changé d’avis. [SPOIL] Stalkeeer forever :3 [/SPOIL]

Mais le plus fort dans Twenty Again, c’est d’avoir réussi à rendre sympathiques et drôles le mari, incroyablement interprété par Choi Won Young et sa maîtresse Kim Yi Jin. Non seulement le drama m’a très bien fait comprendre pourquoi le couple  Won Young-No Ra était dysfonctionnel et pourquoi il s’était éloigné d’elle. Mais il m’a aussi fait comprendre Kim Yi Jin avec une facilité déconcertante. J’ai adoré tous les personnages du début à la fin. Jamais les situations ne font forcées ou artificielles. Simplicité est vraiment le mot clé de Twenty Again et c’est ce qui fait sa réussite. [SPOIL] La manière dont la perversion narcissique était exploitée m’a aussi beaucoup plu. Je connais un peu ce cas psychologique, beaucoup plus commun qu’il n’y paraît et le drama l’a parfaitement mis en scène. Kim Woo Cheol aspire la vie et l’énergie de Nora, il aspire la vie de son fils. C’est ce que font les pervers narcissiques sans jamais se remettre en cause et sans jamais accepter qu’ils en sont. La manière dont il fait culpabiliser No Ra sans qu’elle réalise que ce n’est pas elle qui est en tort (lorsqu’il lui reproche d’être ignorante par exemple) est aussi typique. Parce qu’un pervers narcissique devient le monde pour celui qui l’aime et entretient cette dépendance malsaine. Bref, sans en faire trop, le drama a parfaitement utilisé la psychologie pour façonner ses personnages. [/SPOIL]

La seule chose qui m’a un peu crispée, c’est la relation entre le fils de No Ra, Min Soo, et sa copine, Oh Hye Mi. C’était très bizarre. A la fois ils disaient des choses qui me semblaient sensées, à la fois je me disais que vraiment, une fille comme ça, pitié, non. Elle a une manière de faire, pour obtenir ce qu’elle veut, qui est très égoïste. Mais bon, j’ai beaucoup aimé leurs dernières scènes donc même eux sont remontés dans mon estime !

thumb-1

Twenty Again ne s’est trompé nulle part, sauf pendant l’épisode 15. J’ai eu beau comprendre pourquoi ce qui se passait se passait, ça ne m’a pas empêchée d’être un peu agacée. [SPOIL] Surtout quand Cha Hyun Seok était aussi honnête et simple. Je comprends pourquoi elle le repousse mais franchement Ha No Ra… Le moment où elle lui sort qu’il n’est pas son type et qu’elle n’aime pas les fossettes… hahaha. Elle est tellement cramée. [/SPOIL]

Twenty Again, c’est une dose de bonheur. On rit, on sourit, on exulte. Tout du long. Jusqu’à la fin. Fin qui est parfaite. Simple. Belle. Evidente.


poster2_zpsqpflqiqc (1).jpg

Yong Pal 용팔이

Déception. Une telle déception.

Je ne sais pas ce qui me déçoit le plus. L’échec d’un drama qui partait pourtant bien ? L’échec d’une histoire qui promettait beaucoup ? L’échec, encore, de Joo Won ? Je suis déçue au point d’en être presque dégoûtée. J’ai la sensation de m’être fait avoir. On m’a tendu cinq bonbons, on m’a promis du rêve, de l’aventure et du badass. Puis on m’a balancé à la figure une intrigue sans saveur, sans logique et des personnages incohérents.

Les quatre premiers épisodes étaient vraiment bien. Le temps passait vite. Visuellement, c’était magnifique. Il n’y avait quasiment que Joo Won à l’écran. Le drama était parfaitement rythmé et l’intrigue avançait à grands pas.
Apparemment, elle avançait à de trop grands pas. [SPOIL] Je crois que le drama a été présomptueux et a perdu de vue son objectif. Yong Pal cesse d’être Yong Pal dès l’épisode 5, parce que sa seule raison d’aller sauver des gangsters est de gagner l’argent pour sauver sa soeur. Une fois l’argent débloqué, il n’a plus aucune raison d’être Yong Pal. Et le drama n’a plus de raison d’être du tout… Il aurait du s’appeler « La Vengeance de Yeo Jin ». Là au moins on serait restés dans le thème. [/SPOIL]

Je suis déçue par Joo Won et ses projets. En dehors de Gaksital et, dans une moindre mesure, Ojakgyo Brothers et King of Baking, Kim Tak Gu, aucun de ses dramas n’a vraiment été bon. Good Doctor était fade, Nae Il’s Cantabile aussi et nous avons tous promis pour notre santé mentale d’oublier 7th Level Civil Servant. Pourtant, son jeu est toujours irréprochable ! Il est extraordinaire dans tous ses rôles. Il est capable d’ancrer de réalisme le personnage le plus absurde et de rendre agréable le pire des connards. C’est un don. Même dans Yong Pal, il livre une prestation absolument géniale.

Le problème n’est pas dans son jeu, il est dans l’écriture du drama. Yong Pal (Kim Tae Hyun de son vrai nom) est charismatique au début du drama. Il a une prestance et un caractère fort. Il a même le cerveau et les pensées qui vont avec. Et puis passé l’épisode 7, il tombe amoureux et il devient débile. (Note : l’inversion est marrante, quand même. D’habitude, c’est plutôt le personnage féminin qui s’efface lorsque la romance prend racine ^^). Enfin, il ne devient pas tant débile que complètement inutile. Il est en arrière-plan en permanence, là juste pour être mignon, gentil et soutenir l’héroïne, même quand celle-ci fait n’importe quoi. Tout son caractère, tous ses buts s’évaporent. Et ne parlons pas de sa double vie ! [SPOIL] Cette fin ! Mais pourquoi ? Pourquoi Yeo Jin l’appelle soudainement Yong Pal alors qu’il n’est plus Yong Pal depuis l’épisode 5 ? On ramène même un autre Yong Pal… ça n’a aucun sens. C’est un artifice pour faire écho au nom et c’est ridicule. [/SPOIL]

Dans Nae Il’s Cantabile, j’avais critiqué le fait que le drama porte le nom de Nae Il mais tourne complètement autour de Joo Won. Dans Yong Pal, c’est complètement l’inverse. Le drama devrait tourner autour de Yong Pal. C’est le cas pendant 4/5 épisodes. Et puis bam : adieu le badass sauveur des gangsters, bonjour l’homme au foyer.

ec9aa9ed8c94ec9db4-e03-150812-hdtv-h264-720p-with-mp4_20150813_133834-778

Je suis déçue. Je savais qu’avoir Kim Tae Hee au casting allait tout faire planter. Bizarrement, ce n’est pas venu directement d’elle : elle a plutôt bien joué dans la seconde partie du drama (en tout cas, bien mieux que ce que j’attendais). Mais c’est bel et bien venu de sa popularité et de son statut de plus belle femme de Corée. Dire que l’extension de deux épisodes a tué le drama serait faux : il était mort bien avant cela. Mais clairement, ça n’a rien arrangé : les deux derniers épisodes sont encore plus vides de sens que les précédents.
De plus, j’ai eu l’impression qu’on avait changé de réalisateur en cours de route. Le drama était tellement travaillé visuellement, vraiment très beau dans les premiers épisodes. Puis… plus rien.

Le personnage de Yeo Jin était vraiment très original. Il était juste mal écrit. Il y avait un gros problème de logique dans les actions et les réactions des personnages. Yong Pal voulait être un drama psychologique, mais la scénariste n’avait pas deux sous de psychologie. Si dans sa vie, les gens agissent comme ils agissent dans ce drama, il y a un sérieux souci. Je n’en revenais pas d’à quel point le meurtre est banalisé. [SPOIL] On atteint un niveau d’absurdité sans égal à ce niveau là ! L’héroïne est une double, triple, quadruple (?) meurtrière et tout le monde est en mode « oh la pauvre, on a essayé de la tuer, c’est normal » ??? WTF ! Les médecins sont des meurtriers, les directeurs sont des meurtriers… tout le monde est un meurtrier. Le pire, quand même, c’est le conseil d’administration à la fin qui passe son temps à rire de la future mort de Yeo Jin. On atteint un niveau de cruauté inimaginable. Aucun humain normalement constitué ne réagirait de cette manière. On ne peut pas se réjouir en riant comme un gamin de la mort lente, douloureuse et programmée d’une personne que l’on connaît, même si elle vous a humilié. Le seul dont j’accepte le rire, c’est l’homme de main : il est de toute façon taré et peut rire comme un maniaque tout en restant crédible. Enfin, la vengeance de Chae Young n’avait aucun sens. « Je te tue parce que tu as tué mon mari que j’ai toujours détesté, que je n’ai jamais aimé, et dont j’ai toujours essayé de contrecarrer les plans ? » Non mais y a un moment, faut arrêter les conneries quoi. D’autant plus qu’elle se fait finalement arrêter, sans un mot, sans une explication avec pour seul adieu, le reflet de sa honte dans le regard de Tae Hyun. Je crois que c’est l’une des pires choses pour moi dans ce drama. Chae Young était un magnifique personnage. Elle était passionnante jusqu’à ce quelle décide de se venger sans raison ou but valable. Qu’une fin pareille lui soit réservée, c’est rageant ! [/SPOIL]

La seule chose que j’ai vraiment appréciée dans Yong Pal, ce sont tous les personnages secondaires adorables qui soutiennent Tae Hyun en étant, gentils, humains et normaux. [SPOIL] Quand les infirmières et son garde du corps se foutent de lui parce qu’il n’a toujours pas sorti la bague, j’ai eu l’impression d’enfin retrouver un univers normal. Avant que le père de Sung Hoon débarque et ne fasse tout foirer, bien sûr. [/SPOIL] Ils étaient la bouffée d’air frais de ce drama.

ec9aa9ed8c94ec9db4-e05-150819-hdtv-h264-720p-with-mp4_20150820_143718-019
L’infirmière super creepy

Les absurdités sont vraiment légions. Yong Pal est un monde où on peut faire tout et n’importe quoi quand on est riche. Où Yeo Jin, quoi qu’elle fasse, finira toujours à moitié morte dans Hanshin Hospital (le seul hôpital pour les gouverner tous). Un monde où les patients de Tae Hyun ne meurent jamais. Où être policier n’a aucun sens [SPOIL] Je ne comprends pas. Je ne comprends juste pas l’intérêt du flic dans Yong Pal. Au début, c’est un obsédé qui veut l’attraper. Il change d’avis subitement après avoir reçu un pot de vin (best pot de vin ever. Contrairement aux policiers, les gangsters ont la classe). Puis il devient le laquais de Tae Hyun et répond au moindre de ses coup de fils, le tout en contournant la loi de manière franchement illégale. Encore une fois… WTF ??? Mais on n’est plus à ça près. [/SPOIL]. Un monde où la médecine ne soigne pas les gens, mais les tue [SPOIL]Franchement, je n’ai jamais vu un drama médical où on compte autant de morts [/SPOIL]. Un monde où Yong Pal n’est plus Yong Pal mais continue d’être appelé Yong Pal.

Conclusion ? Kim Tae Hee n’aurait jamais du se réveiller.


Votre avis ?