Image

Les Rattrapages 2020 – Meow, The Secret Boy / Crash Landing On You / The World Of The Married

PUBLIÉ PAR ASIANDRAMAS

Bonjour à tous !

Pour les dramavores, le confinement a du bon : en tout cas, il me permet de rattraper des dramas massivement… et le fait d’en regarder me donne envie d’écrire ^^

Cela me permet aussi d’apprécier des dramas un peu plus « facultatifs » (Meow, The Secret Boy est le parfait exemple d’un drama que je n’aurais jamais lancé / poursuivi dans une période plus chargée), permettant d’équilibrer avec des dramas beaucoup plus lourds (addiction du moment : The World Of The Married).

Voici en attendant un deuxième article dédié aux rattrapages et visionnages en cours de quelques dramas coréens 2020.


Je t’aime… bien…

Welcome / Meow, The Secret Boy

57359

Voilà un drama complètement délaissé par les ratings et boudé par les spectateurs… et je trouve ça très dommage ^^ Le point positif, c’est que le non-succès du drama a contribué à réduire le nombre d’épisodes (passant de 16 à 12), et tant mieux. J’ai bien apprécié ce drama dans l’ensemble et 4 heures supplémentaires auraient facilement pu tout gâcher – même si du coup avec le raccourcissement, la manière dont les sujets du dramas se résolvent est un peu naze.

Première condition : ne prenons pas trop au sérieux l’aspect fantastique du scénario – on est, après tout, devant un drama où un chat se transforme en humain ^^ Il me fait le même effet que I’m Not A Robot : un scénario et des twists un peu WTF, à regarder avec le cerveau débranché… mais c’est un raz-de-marée de feel-good et de bonnes ondes qui se dégage de ce drama, sans oublier un humour franchement sympa.

A la différence de I’m Not A Robot – où la romance était tellement rayonnante qu’elle couvrait tout le WTF du scénario et des rebondissements – Meow, The Secret Boy trouve sa force non pas dans son couple principal -qui reste relativement bizarre- mais dans tout ce qui gravite autour de ce couple : l’évolution individuelle des personnages, les relations qui se tissent entre chacun d’eux, l’aspect chaleureux et divertissant qui se dégage du drama.

J’aime beaucoup l’héroïne : un vrai rayon de soleil qui, tout en ayant le cœur sur la main, a une véritable capacité à se prendre en main et grandir à chaque épreuve. C’est rare d’avoir une héroïne profondément gentille, honnête avec elle-même et avec les autres, et qui ne tombe pas dans la niaiserie.

Et puis… enfin un rôle qui va bien à L : un chat. Un chat complètement inoffensif, ultra limité sur le plan émotionnel et expressions faciales, qui se contente d’être adorablement mignon… et qui est la source de quelques scènes bien drôles (l’aquarium du supermarché !) ^^ Lui aussi bénéficie d’une belle évolution : pas tant dans le jeu d’acteur de L mais dans le développement psychologique du personnage : au fil des épisodes, j’étais de plus en plus impressionnée par sa capacité à comprendre l’héroïne et à prendre les bonnes décisions avec une maturité inattendue.

Le drama a, en effet, une belle capacité à faire grandir ses personnages : le second rôle masculin est un excellent exemple d’une évolution progressive, cohérente et pour le meilleur, autant sur le plan individuel que sur ses relations avec les autres. Je le détestais au début, mais je crois qu’il a fini par devenir mon personnage favori. Je suis surtout trop fan de la relation qui se développe entre lui et Hong Jo (format humain), pour moi c’est vraiment le meilleur axe du drama et une source d’humour fantastique !

Idem pour le second rôle féminin : Ji-Eun est franchement géniale. J’adore son évolution individuelle et la façon dont elle s’émancipe progressivement avec la construction de sa relation avec Doo-Shik – et l’adorable girl-power qui se crée entre Ji-Eun et l’héroïne est fantastique.

Je suis moins convaincue par le couple principal. J’aime beaucoup tout ce qui gravite autour d’eux, mais pour autant la romance en elle-même ne m’a pas trop intéressée : je crois que 1/ le jeu limité de L y est pour beaucoup et puis 2/ même avec le cerveau en mode off, on parle quand même d’une romance avec… un chat ^^’ Je n’avais pas trop d’idée sur où le scénario voulait aller… et j’avoue être trop indifférente à cette romance pour analyser si le dénouement m’a plu ou non.

En bref : du feel-good à gogo, beaucoup d’humour, une belle évolution des personnages avec des relations qui se construisent de manière formidable. Et un petit chat qui rend vraiment gaga (vous allez voir : difficile de résister à cette bouille… Si vous êtes très chats, vous allez craquer), le plus drôle, c’est qu’il est plutôt bon acteur ce chat ^^ Un drama vraiment inoffensif… mais qui se révèle être bien plus sympa que je ne l’aurais imaginé.


…Passionnément…

Crash Landing On You

183256

Sans grande surprise, Crash Landing On You a été pour moi à la hauteur de toute la hype qu’il a provoquée. Un drama qui a mis la barre très haut et a démarré l’année 2020 en beauté. Si je devais prendre l’image de la cuisine : des ingrédients de la meilleure qualité possible, une recette parfaite – certes assez classique, dans la manière de mélanger et répartir les ingrédients, mais tout est bien dosé – et forcément le résultat est un délice dont j’ai savouré chaque bouchée. J’ai suivi tout le drama pendant sa diffusion : l’impatience est un indicateur parlant et je me suis jetée sur les nouveaux épisodes chaque semaine.

J’ai beaucoup aimé le fait que Crash Landing On You soit un mélange exhaustif de tous les genres : de la romance, de l’action, de la comédie,… du pur divertissement, porté par un casting génial et un scénario intéressant (certes, un peu loufoque selon les axes, mais en même temps vu le thème Nord/Sud, ça ne pouvait pas être trop réaliste). J’ai été autant passionnée par l’intrigue que par la romance : superbe alchimie entre Son Ye Jin et Hyun Bin ! J’ai trouvé cette romance magique. Clichée, certes, mais elle a réussi là où d’autres échouent très souvent : elle m’a faite rêver et m’a mis des étoiles plein les yeux.

Les personnages secondaires étaient aussi très réussis : la « garde rapprochée » du héros m’a faite rire comme pas possible, le développement du couple secondaire m’a également beaucoup plu. J’ai vraiment peu de choses à reprocher au drama, si ce n’est des ficelles trop répétitives du côté des antagonistes, mais j’ai trouvé le reste largement assez génial pour compenser.

Pour moi, ce drama a été un régal sur tous les plans : pas de faux pas, et une passion de A à Z. Je recommande les yeux fermés (ou plutôt : bien ouverts sur Hyun Bin !)


…Passionnément (c’est grave docteur ?)…

The World Of The Married (12/16)

The_World_of_the_Married-tmp1

…ou l’art de se rendre schizo. Ce drama est fascinant : horriblement malsain et difficile à digérer, mais vraiment fascinant. J’ai hésité longtemps avant de me lancer : le thème du drama – l’adultère et toutes les conséquences qui en découlent – me met extrêmement mal à l’aise et j’anticipais déjà toutes les émotions qui allaient déferler dans ma tête : choc, tension, stupéfaction, angoisse, haine… Même si je m’y suis mentalement préparée, il n’empêche que je ressens chacune de ces émotions puissance mille. Et c’est ça la force du drama : raconter cette histoire de manière à ce que les spectateurs vivent tout de l’intérieur, dans la peau de l’héroïne, et ressentir chacune de ses émotions et crier vengeance avec elle. Et tout ça avec beaucoup de subtilité.

The World Of The Married est un portrait saisissant de la société coréenne sur les sujets tels que le mariage, l’adultère, le divorce et les préjugés / combats que peuvent mener une femme seule ou divorcée. Les mentalités et morales dépeintes dans ce drama sont frappantes de noirceur et de réalisme. Je ressors de chaque épisode avec des pensées contradictoires et un paquet de morales à méditer… ou à accepter, tout simplement, même si certaines sont révoltantes.

Avec le portrait que j’en fais, ça vous donne peut-être envie de fuir, le plus loin possible. Mais là est toute la magie de ce drama : malgré la lourdeur émotionnelle, malgré la dureté du scénario, ce drama est un plaisir à regarder. Les épisodes durent presque 1h30, pourtant je ne vois pas le temps passer. Je me surprends régulièrement à être en apnée à chaque moment intense – autant vous dire que je ne respire pas beaucoup devant ce drama haha. Les sujets abordés sont difficiles et ça pèse sur le mental, mais je suis scotchée à mon écran : j’attends mes deux épisodes hebdomadaires comme une folle impatiente. Quand je vous dis que ce drama rend schizo ^^

En bref : un drama qui n’est pas facile à regarder mais un vrai must-see, pour l’intelligence de son scénario, la finesse de son écriture et l’époustouflante prestation des acteurs (Kim Hee Ae est majestueuse). Il faut avoir le cœur bien accroché mais le jeu en vaut la chandelle. Espérons maintenant que les 4 épisodes restants maintiennent le niveau des précédents – mais je ne me fais pas trop de souci là-dessus.


ET VOUS, QUELS SONT VOS DERNIERS VISIONNAGES ?

Descendants of the Sun 태양의 후예

L’histoire

Yu Si Jin est le commandant des forces spéciales. Avec son meilleur ami et commandant en second Seo Dae Young, il part pendant des mois effectuer des missions secret défense à travers le monde. De retour à Séoul pendant une permission, les deux amis doivent courser un motard qui vole le portable de Dae Young. Ils atterrissent aux urgences où Yoo Si Jin fait la connaissance de Kang Mo Yeon, une chirurgienne talentueuse. 

Le coup de foudre est immédiat. Mais être la petite amie d’un militaire n’a rien de facile et Kang Mo Yeon met vite fin à leur relation de peur de trop en souffrir.

Huit mois plus tard, lorsqu’elle est envoyée à Uruk* pour diriger l’équipe médicale, elle découvre que l’équipe sur place est celle de Yoo Si Jin…

*Ville fictionnelle créée pour le drama (mais le tournage se déroule en Grèce)


descendants-of-the-sun_1560x872

La fiche

Période de diffusion 24 février – 14 avril 2016
Episodes 16 (60 min)
Genre Romance, Action, Militaire, Blockbuster

Casting
Song Joong Ki dans le rôle de Yoo Si Jin
Song Hye Kyo dans le rôle de Kang Mo Yeon
Jin Gu dans le rôle de So Dae Young
Kim Ji Won dans le rôle de Yun Myeong Joo


L’avis d’Asiandramas

9/10

Descendants of the Sun est un coup de coeur énorme. Peut-être tient-il au fait que je n’ai absolument pas suivi tout ce qu’il y a eu autour -le buzz exceptionnel qu’il a généré et tout ce qui en a découlé-, en tout cas je n’avais, à l’égard du drama, ni l’exigence particulière que l’on a lorsqu’un drama est attendu, ni l’appréhension intuitivement critique que l’on ressent lorsqu’un drama déchaîne les foules lors de sa diffusion. J’avais seulement mon écran, Song Joong Ki, Song Hye Kyo, et mon petit coeur qui les a suivis aveuglément de Séoul à Uruk et qui les aurait suivis jusqu’au bout du monde.

J’ai trouvé ce drama passionnant. Il mélange plusieurs genres pour trouver un équilibre idéal entre action, comédie, drame et romance et loin de se limiter à sa romance -pourtant splendide-, le drama apporte tellement d’autres choses sur le plan émotionnel et moral. C’est quelque chose que j’ai vraiment apprécié : avec un casting pareil et dans ce type d’environnement (militaire / médical), le drama aurait pu facilement être superficiel en enchaînant des scènes de romance entrecoupées de scènes d’action héroïques, mais non, bien au contraire, Descendants of the Sun est tout sauf superficiel.

Le scénario est loin d’être très recherché, l’écriture n’est pas particulièrement fine, mais c’est un drama capable d’aller droit au coeur à travers des personnages qui, confrontés à des situations inimaginables, se retrouvent forcés à grandir, à évoluer en se forgeant des valeurs, et ces valeurs m’ont touchée. Je retiens tout particulièrement le staff médical, dont les personnages -Chi Hoon !- n’ont jamais cessé de m’émouvoir ^^ La partie « earthquake » est celle que j’ai préférée, parce qu’en dehors du fait que la romance avance beaucoup, c’est à ce moment là que l’on voit vraiment les personnages évoluer, sortir de leur confort et grandir, tout simplement.

Le seul vrai point noir, selon moi, est l’intrigue qui tourne autour de David Agus : le drama s’y attarde beaucoup mais au final, ce personnage n’apporte pas grand chose si ce n’est l’anglais affreux de Song Joong Ki (sur des répliques toutes pourries censées rendre un effet ultra-stylé, à mourir de rire ^^). Et si j’ai trouvé les deux derniers épisodes un peu faibles scénaristiquement parlant, ça ne m’a pas empêchée d’être passionnée jusqu’au bout.

Bref, Descendants of the Sun a été un coup de coeur. Qu’il s’agisse de la romance principale, la romance secondaire, l’intrigue ou l’environnement, j’ai suivi les 16 épisodes avec des étoiles dans les yeux et des battements de coeur permanents. Song Joong Ki ne pouvait pas faire un come-back plus réussi !


L’avis de Nikilann

7,5/10

Je partage l’avis d’Asiandramas et en même temps… Je n’ai pas eu le même ressenti. Pour moi, Descendant of the Sun a été excellent dans les épisodes qui se déroulent en Corée. L’humour était au top et les scènes vraiment bien écrite.

Dès qu’on était en Grèce, la réalisation était magnifique et les événements étaient plus épiques, mais je n’ai jamais tout à fait accroché – surtout la partie « earthquake ». La plupart du temps, je trouvais juste les rebondissements ultra-répétitifs et les discussions entre les personnages frustrantes. J’avais l’impression qu’on faisait du sur-place (surtout avec notre couple secondaire).

Je pense que si j’ai réagi comme ça, c’est aussi à cause de l’engouement général pour le drama. Descendants of the Sun a changé la donne pour la Corée. Il a rapporté des milliards au pays et s’est propagé comme un feu de forêt en Chine, en Indonésie, en Malaisie… Mon twitter était inondé d’actu en rapport avec le drama ! (Pour un info, ceci n’arrive jamais !)

Je comprend cet engouement. Le sujet du drama, autour de l’engagement militaire et du patriotisme était voué à résonner en Corée du Sud. La pré-production a permis de contourner les délais qu’imposent le bureau de censure en Chine. Sung Joon Ki, la réalisation superbe et les intrigues ambitieuses allaient forcément retentir à l’étranger. Ajoutons à cela le placement de produit à tout va  – les voitures ! – et vous avez le plus grand succès économique de l’année.

Le problème est qu’il est devenu pour moi impossible de dissocier Descendants of the Sun en temps qu’histoire et drama de tout la hype qui l’a accompagné. J’ai toujours l’impression que ce drama – si on ne regarde que l’histoire – ne méritait pas tant.

L’autre souci que j’ai avec ce succès retentissant c’est qu’on se retrouve depuis avec une avalanche de drama pré-produit construits sur le même modèle : une réalisation travaillée, un morceau de l’intrigue filmé à l’étranger, un casting de super-stars et une histoire ambitieuse. Pour le moment (j’espère avoir tort d’ici la fin de Legend of the Blue Sea ou Goblin), pas un seul ne m’a emportée. Les coréens ne savent pas encore jongler avec cette nouvelle manière de produire, il faut croire. Uncontrollably Fond, The K2… On enchaîne les désastres.

Pour moi, Descendants of the Sun était donc loin d’être mauvais, mais il n’était pas non plus à la hauteur de son succès international. Cela dit, je ne vais pas mentir, passer 16 heures à regarder Sung Joon Ki être badass/sexy/charmeur n’a pas été très difficile…


En deux lignes

Les + La hype qui a entouré ce drama

Les – La hype qui a entouré ce drama


Votre avis ?